a
AccueilRessourcesEclairagesArte accepte finalement de diffuser le documentaire sur l’antisémitisme

Arte accepte finalement de diffuser le documentaire sur l’antisémitisme

La chaîne culturelle franco-allemande diffusera le documentaire mercredi 21 juin.

Après plusieurs semaines de polémique, Arte a finalement décidé de diffuser le documentaire « Les nouveaux visages de l’Antisémitisme » que la chaîne culturelle franco-allemande avait retiré de sa programmation. Le film du cinéaste munichois Joachim Schröder et de la journaliste Sophie Hafner sera diffusé demain, mercredi 21 juin à 23 heures.

Comment expliquer ce revirement d’Arte ? La décision de la chaîne publique allemande ARD de diffuser demain soir le documentaire litigieux – alors que l’affaire prenait des proportions impressionnantes outre-Rhin – a certainement conduit les dirigeants d’Arte à un réexamen de leur position.

« Cette décision crée une situation nouvelle : les téléspectateurs allemands ayant accès à cette émission dès mercredi, il convient de faire en sorte qu’il en soit de même pour les français. C’est pourquoi Arte reprendra sur son antenne le signal de l’ARD et, ainsi, diffusera dans les mêmes conditions en France et en Allemagne le documentaire suivit du débat », a indiqué la chaîne dans un communiqué.

Arte est donc revenue de son refus initial à l’origine de la polémique. Bien que ce documentaire ait été commandé et produit par la chaîne, le directeur des programmes Alain le Diberder avait décidé après visionnage de le retirer de l’antenne au motif que les réalisateurs se seraient « considérablement éloignés » du projet initial.

Mais, en Allemagne comme en France, de nombreuses voix s’étaient élevées pour dénoncer la « censure » d’un documentaire mettant en lumière les liens entre l’antisémitisme et l’antisionisme.

Ces protestations et la décision de la chaîne publique allemande ARD de diffuser le documentaire ont au bout du compte rendu la position des dirigeants d’Arte en France « intenable » estime Télérama. « La chaîne a pris à son tour la seule décision qui s’imposait : diffuser le film en même temps dans les deux pays (…) les téléspectateurs trancheront ».

Parmi les démarches qui ont sans doute convaincu Arte de réévaluer son point de vue, la rencontre entre les dirigeants de la chaîne culturelle et le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Francis Kalifat, qui a eu lieu lundi 20 juin.

Lors de cette réunion, Francis Kalifat a « exprimé son indignation » au sujet de la déprogrammation du documentaire et interpelé les responsables d’Arte sur la difficulté de « traiter de l’antisémitisme d’origine arabo-musulmane, directement lié à la situation au Proche-Orient ».

 

D’autres articles sur InfoEquitable à propos de cette affaire :

15 juin 2017 : Arte censure un documentaire… et confirme sa ligne éditoriale anti-israélienne

16 juin 2017 : Antisémitisme : Israël demande à Arte de diffuser le reportage censuré

19 juin 2017 : Antisémitisme : la télévision allemande va diffuser le documentaire refusé par Arte

20 juin 2017 : Analyse : Choquant, le documentaire qu’Arte ne voulait pas montrer ?

Vous avez aimé cet article ? Suivez InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : © InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Dernier commentaire
  • J’ai vu l’été dernier le documentaire « Les nouveaux visages de l’Antisémitisme » et l’avais trouvé d’une honnêteté et d’une richesse rares et exceptionnelles. Une vraie bombe ! On en apprend de belles ! Il y a suffisamment de séquences pertinentes pour répliquer à quasiment toutes les attaques contre les soutiens d’Israël, démonter toutes les indulgences en faveur de l’Autorité palestinienne et du Hamas, s’il en était, ou arrêter l’angélisme occidental vis-à-vis de certaines populations musulmanes et de ses thuriféraires.

    Le débat qui a suivi la diffusion du documentaire sur Arte s’est passé dans une ambiance lourde voire poisseuse. On aurait dit qu’il était question de catastrophes soudaines et horribles, et que tout le monde était traumatisé d’avoir à en parler. Même ceux qui défendaient le documentaire semblaient gênés. Et la gêne, ça se transmet au téléspectateur. Mais pourquoi toutes ces précautions honteuses ?

    Que « les réalisateurs se (soient) « considérablement éloignés » du projet initial », c’est possible – bien qu’ils y revenaient régulièrement – mais nombre de reportages divers et variés s’éloignent souvent de leur sujet initial au fur et à mesure de l’enquête poussée qui les mène sur des chemins de traverse riches d’informations éclairantes. Il n’y a pas de quoi annuler la diffusion d’un documentaire de cette qualité pour si peu. Peut-être même au contraire ! Et il n’y a pas de quoi monter un débat pseudo-déculpabilisant sur les maladies honteuses comme la syphilis.. euh pardon, sur les raisons qui avaient fait annuler la diffusion de cet excellent documentaire dans un premier temps, avant de revenir sur cette décision la mort dans l’âme.

    J’en veux pour preuve cette séquence inouïe où les journalistes interrogent un représentant de l’Autorité palestinienne sur la destination des milliards de dollars que leur fournissent les Etats-Unis, l’ONU et particulièrement l’Union européenne, alors que le peuple reste dans la misère et les services publics au Moyen-Age. Ses réponses étaient un véritable chapelet de langue de bois – à moins qu’il n’ait pas entendu la question sur cet argent ? La question lui a donc été reposée plusieurs fois mais le responsable a continué à faire mine de comprendre autre chose et sa réponse s’est toujours cantonnée à accuser Israël. C’en était ridicule. Donc ce n’est pas lui, le responsable, qui dira dans quelles poches tombent ces grandes sommes d’argent ; ce sont les journalistes. Merci à eux.

    Alors évidemment, quel rapport avec les « nouveaux visages de l’antisémitisme » ? A priori aucun mais on serait fondé à se poser la question de savoir pourquoi des Organismes d’Etat officiels et supposés instruits issus pour la plupart de grandes démocraties comme l’U.E., continuent-ils à engraisser des responsables et fonctionnaires véreux, corrompus et menteurs sous couvert d’aide financière aux services publics au profit d’un peuple indigent (bien moins que d’autres mais passons) avec l’argent des contribuables que nous sommes, floués en passant dans cette démarche ? La question a certainement un rapport avec l’antisémitisme.
    Car tant que les Palestiniens resteront dans ce status-quo lamentable sans évolution réelle malgré la manne financière des Organismes étrangers, la faute en sera toujours portée par Israël, l’accusé universel. L’antisionisme restera vif et son pendant caché, l’antisémitisme, sera alimenté dans la mesure où (est-il besoin de le rappeler ?) Israël est peuplé majoritairement de juifs et la majorité des juifs de la diaspora soutient Israël.

    De toute façon, il est impossible de séparer l’antisionisme de l’antisémitisme malgré quelques voeux pieux de distinguo entendus ci et là.
    Si je me trompe, qu’on me dise comment l’on nomme le mouvement politique s’opposant à l’idéologie politique de chaque pays contestable ou contesté sur la planète. En fait, il n’y a que contre Israël (pays des juifs) qu’existe l’antisionisme (anciennement antisémitisme). Et il n’y a que l’antisionisme qui soit aussi universellement partagé, tout comme l’était l’antisémitisme auparavant, quand il n’était pas malséant d’être antisémite. Aujourd’hui aussi, il est bienséant d’être antisioniste.

    Accessoirement, j’ai recherché en vain sur la toile la video de cet excellent documentaire allemand mais impossible de trouver la moindre trace des « nouveaux visages de l’Antisémitisme ». Pas une seule séquence.
    Peut-être que personne n’a imaginé que le documentaire allait totalement disparaître après sa diffusion sur Arte mais personne non plus n’a eu l’idée de l’enregistrer pour la diffuser sur le net ?
    Why ?
    Bizarre.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.