a
AccueilVeille médiasAvec Zeev Sternhell, « Le Monde » nazifie les Juifs en toute bonne conscience

Avec Zeev Sternhell, « Le Monde » nazifie les Juifs en toute bonne conscience

L’énormité du crime commis par les nazis fait d’eux l’incarnation du Mal absolu sur terre. Nazifier Israël, justement héritier de millions de victimes de cette idéologie, est la pire diabolisation que l’on puisse en faire. C’est non seulement entièrement contraire à la réalité, mais c’est un véritable « permis de haïr les Juifs » que véhicule Le Monde.

 

« En Israël pousse un racisme proche du nazisme à ses débuts »

Cette phrase outrancière envers l’Histoire et envers Israël provient d’un historien israélien, qui s’est fait connaître avec des thèses controversées sur les origines du fascisme. L’autorité académique dont il se prévaut et l’appartenance au peuple qu’il critique sont des atouts qui ouvrent à Zeev Sternhell les portes de médias qui auraient sinon du mal à émettre des idées aussi radicales.

C’est tout d’abord le quotidien israélien Haaretz qui a publié la tribune de Zeev Sternhell en hébreu et en anglais.

Ce journal donne souvent la parole à des intellectuels israéliens d’extrême gauche qui critiquent férocement leur propre pays. Malgré sa part de marché en Israël inférieure à 4%, Haaretz est disproportionnément cité comme source à propos d’Israël dans la presse européenne. L’estampille « made in Israel », perçue comme une protection contre les accusations d’antisémitisme, y est pour beaucoup…

C’est ainsi que la tribune de Zeev Sternhell, adoubée par Haaretz, a été traduite le 18 février par Le Monde et publiée le lendemain dans son édition papier.

Le Monde fait partie de ces journaux pour qui « l’occupation » et la « colonisation » israélienne sont la source de tous les maux. Ce narratif accusatoire pour l’Etat juif pervertit des termes issus de l’histoire de l’Europe au XXe siècle et s’enracine dans de nombreuses approximations et omissions historiques. InfoEquitable se fait régulièrement l’écho de ce biais (lire par exemple : décryptage d’une vidéo du Monde sur « 50 ans d’occupation » et propagande du Monde sur Jérusalem).

Mais il y a des choses que Le Monde ne peut pas dire. Il fait donc appel à des Juifs, qui peuvent eux avoir des propos flirtant avec, voire atteignant, l’antisémitisme, sans risquer d’en être accusés.

Ce fut le cas récemment avec une interview complaisante de Richard Falk, un homme dont InfoEquitable avait rappelé l’antisémitisme décomplexé.

 

50 ans que Sternhell crie au fascisme en Israël, 50 ans que cela ne se produit pas…

Mais même Richard Falk en était resté aux accusations calomnieuses « d’apartheid ».

Zeev Sternhell, lui, va beaucoup plus loin. Et ce n’est pas nouveau : comme l’explique très bien le site Presspectiva, qui analyse les médias israéliens en hébreu, cela fait 50 ans que l’historien « spécialiste du fascisme » prédit l’avènement du fascisme dans son propre pays.

Presspectiva donne de nombreux exemples. En 1973 déjà, Zeev Sternhell affirmait au Yediyot Aharonot : « Quelques mois avant la guerre du Kippour, j’ai publié un article dans lequel j’affirmais que nous nous engagions dans une voie destructrice. J’ai même utilisé l’expression « danger de fascisme» à l’époque. » En 1988, il comparait dans le journal Davar les habitants juifs de Judée Samarie – pour lui, des « colons » – à des fascistes qu’il fallait arrêter par la force, pour « endiguer la marée fasciste qui menace de couler la démocratie israélienne ». En 2010, il parle dans le Yediyot Aharonot d’atteintes à la liberté d’expression en Israël qui lui rappellent « l’atmosphère de la République de Weimar ou des années 1930 en France ».

Depuis 1967, Zeev Sternhell clame donc qu’un danger de fascisme plane sur Israël. Même s’il convient qu’il ne s’est toujours pas matérialisé… En mai 2016 encore, il déclarait à AI-Monitor : « C’est un processus graduel. Nous n’avons pas encore franchi la ligne rouge, mais nous en approchons dangereusement.

 

Une accusation monstrueuse

Dans sa nouvelle tribune, Zeev Sternhell a poussé son raisonnement à son aboutissement. Ce n’est plus seulement le fascisme qui menace, mais carrément le nazisme. Israël serait tout simplement… un monstre !

Le Monde, il est vrai, traite constamment les Israéliens d’occupants et de colons – ce qui revient à dire qu’ils auraient volé des terres ne leur appartenant pas. Les 3000 ans d’histoire juive dans la région, le refus arabe du plan de partage de 1947, les guerres déclenchées ensuite par les Arabes et le terrorisme qui en est la continuation n’y changent rien, le tableau d’un Israël oppresseur est brossé. Sternhell ne fait qu’aller au bout du raisonnement : pour lui, les occupants sont des monstres. Israël serait devenu « pour les non-juifs, sous sa domination, un monstre ».

Les Israéliens feraient preuve de « cruauté envers les non-juifs » : les Palestiniens occupés, qui seraient sous le joug d’une idéologie comparable à rien de moins que « le racisme allemand » précurseur de l’épuration ethnique; et, pour faire bonne mesure, les réfugiés africains à qui Israël n’accorde pas l’asile (le débat à ce sujet est intense, et pas seulement en Israël ; mais l’auteur n’en explique pas la complexité : ces Africains sont de parfaits faire-valoirs pour cocher la case « racisme »).

Parlons-en, du racisme : nous rappelons à Zeev Sternhell que pas un Juif n’a le droit de s’installer sur les territoires administrés par l’Autorité palestinienne, et que les pays arabes ont chassé la quasi-totalité des Juifs qui y vécurent pendant des siècles. Par contre, Israël abrite 20% d’Arabes qui jouissent de leurs pleins droits de citoyens.

Nous avons retrouvé un portrait de monstre juif. Ce sont les nazis eux-même qui représentaient ainsi les Juifs. Avant eux, l’anti-judaïsme chrétien utilisa ce cliché au Moyen Âge. Qui eut cru que, quelques décennies après la Shoah, il serait repris à son compte par un Juif israélien ?

 

 

Nous posons la question : Quel traitement Le Monde préconise-t-il à ses lecteurs d’appliquer à des monstres racistes ? Le journal ne donne-t-il pas une parfaite justification à ceux qui voudraient, en France, s’en prendre à des Juifs en s’imaginant faire justice face à de tels « monstres » ?

 

Ou sont les vrais nazis ?

Il n’existe aucun projet israélien d’extermination d’un groupe humain. L’essence du projet nazi est complètement absente d’Israël.

« Mein Kampf » n’a pas d’équivalent en hébreu.

Les vrais nazis du XXIe siècle sont plutôt à chercher à quelques kilomètres de là. Du côté de ceux qui, du Hamas au Fatah en passant par l’Iran des mollahs, clament leur volonté d’éradiquer l’Etat juif et sa population. Eux sont équipés de tous les outils idéologiques qui mèneraient, s’ils n’en étaient empêchés, au génocide. A un nouveau génocide des Juifs.

En publiant cette interview de Zeev Sternhell, Le Monde se trompe de cible.

Il alimente ceux qui cherchent à attirer vers eux les populations les plus hostiles à Israël et aux Juifs, trop contents de la caution d’un grand journal quelle que soit la bassesse des arguments. Comme ce triste politicien, héritier des reliquats d’un parti au pouvoir en France il n’y a pas si longtemps :

 

 

Que le texte émane d’un Israélien n’y change rien. Le texte est une attaque contre Israël et les Juifs. Zeev Sternhell tord les faits à sa guise. Il verse même dans le négationnisme si cela peut servir ses propos. Il affirme ainsi que « pratiquement tous les juifs d’Allemagne et d’Autriche ont pu sortir à temps » pour soutenir sa théorie fumeuse selon laquelle la droite israélienne voudrait expulser les Palestiniens à défaut de pouvoir les exterminer. Environ 200,000 Juifs de ces deux pays furent assassinés… Et Le Monde pense qu’un historien peut se permettre ce genre d’approximations.

Le fait que Le Monde ait publié, quelques jours plus tard, une excellente réponse du journaliste israélien Ben-Dror Yemini ne rachète pas non plus l’erreur. Le mal est fait.

Au vu de tous les non-sens de cette tribune et de la diabolisation d’Israël qu’elle véhicule, projetant sur les Juifs d’aujourd’hui la pire des accusations tout en ignorant les vrais génocidaires qui entourent leur pays, le journal souffle sur les flammes de la haine des Juifs en France. Les mêmes flammes attisées autrefois par les nazis. Le Monde a-t-il vraiment bonne conscience ?

Vous avez aimé cet article ? Suivez InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Image : CC BY-SA 4.0 Wikimedia Commons Alexander Böhm

Derniers commentaires
  • Ras le bol de ces mensonges outranciers qui frisent le côté crimininel comme si on voulait tuer, assassiner une énième fois Israël et les Juifs, coupables d’exister. Partout dans le Monde, l’on nous formate le cerveau par des fake news, des informations débiles , des propagandes, des faux montages de scènes, etc etc afin de diaboliser la seule démocratie qui a fait ses preuves d’intelligence, laquelle intelligence est sciemment oubliée, omise par l’Occident dont les dirigeants profitent de ses bienfaits, et qui savent où est la Vérité, Vérité mise de côté, car chacun de ces dirigeants ne fait que passer, laissant derrière lui le Mal que peut causer à Israël, ce tout petit pays, mais oh combien grand par ses découvertes multiples qui ont l’air d »un « cachez nous ces vraies informations que l’on ne veut pas voir ». Mais non! nous voulons les voir et les montrer aux peuples qui ont besoin de ces Vérités, face aux dangers qui les menacent. Sternhell comme d’autres, n’oserait critiquer les ennemis d’Israël, et il y a lieu de le faire oh oui, lorsqu’on voit leur population souffrir, par leur seule faute, et non la faute que l’on veut incomber à Israël. Au seul d’un certain âge, il ne faut plus se taire!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Le Monde ne veut que cela, des fake news

    • Tamara, par votre commentaire lucide, vous faites ma journée.

      Longue vie à Israël et ses Israéliens.

Commenter