a
AccueilVeille médiasRio : « Querelle olympique » libano-israélienne ou forme d’apartheid ?

Rio : « Querelle olympique » libano-israélienne ou forme d’apartheid ?

Qu’évoque une querelle ? Des chamailleries de cour d’école… Une dispute entre voisins… Une brouille… Le genre d’incident dans lequel il est difficile de savoir qui a commencé.

A Rio, l’AFP nous informe qu’une « querelle » est justement survenue entre Libanais et Israéliens.

screenshot20160811a14.39.06

Un titre repris par Le Figaro, 20 Minutes ou les quotidiens suisses Tribune de Genève et Le Matin.

Que s’est-il passé ?

Des athlètes libanais ont refusé vendredi de laisser monter des sportifs israéliens à bord du bus qui devait les emmener vers le stade Maracana pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Rio, ont indiqué samedi des membres des deux délégations.

Alors, une querelle ? Plutôt du harcèlement de la part de la délégation libanaise, puisque les deux parties conviennent que c’est elle qui a pris l’initiative du refus de partager le bus avec les Israéliens. Le titre choisi créée une fausse équivalence morale entre délégations israélienne et libanaise, au détriment de l’image d’Israël.

Gerald Steinberg, dans le Jerusalem Post, a analysé l’incident. Alors que les adversaires d’Israël aiment accuser ce pays d’ « apartheid » contre toute évidence, Gerald Steinberg soutient que l’action des athlètes libanais s’apparente à ce que les Noirs en Afrique du Sud subissaient comme « petty apartheid », c’est à dire les mesures vexatoires de discrimination dans les lieux publics : une séparation dans les toilettes publiques, les cafés… et les bus. Des humiliations qui étaient aussi courantes du temps de la ségrégation aux Etats-Unis. Les Israéliens subissent eux aussi régulièrement ce genre de vexations lorsqu’ils se déplacent dans des événements officiels à l’étranger où des représentants de certains pays refusent de leur serrer la main. A Rio, une athlète saoudienne aurait déclaré forfait pour éviter de rencontrer une Israélienne, reproduisant un comportement adopté lors d’Olympiades précédentes par des athlètes de Syrie, d’Iran ou du Liban.

Aux Jeux Olympiques, les délégations qui commettent ce genre d’affront sont tout au plus réprimandées, mais jamais véritablement punies avec par exemple une exclusion des Jeux. Celles parmi les ONG occidentales qui soutiennent le boycott d’Israël en affirmant à tort qu’il pratique l’apartheid restent silencieuses face à une véritable forme d’apartheid à l’encontre d’Israël, dans une enceinte symbolique. Et les journaux qui créent une fausse équivalence entre harceleur et harcelé amoindrissent la responsabilité des harceleurs.

 


Image : Youtube

Auteur : InfoEquitable

Aucun commentaire

Commenter