a
AccueilVeille médiasTitre tronqué au Figaro : question sur un procédé récurrent

Titre tronqué au Figaro : question sur un procédé récurrent

InfoEquitable a obtenu que Le Figaro rectifie un titre dont avait été expurgé le contexte de la mort d’un Palestinien, tué en tentant d’attaquer des Israéliens avec un engin de chantier. Mais la correction soulève une autre question car le procédé n’est pas isolé sur le site du journal.

 

Samedi 2 juin, un terroriste palestinien au volant d’un engin de chantier a foncé sur les soldats israéliens qui contrôlaient la voie d’accès au tombeau des Patriarches à Hébron, considéré par le judaïsme comme son deuxième lieu saint et disputé par les musulmans. Lorsque les soldats lui ont intimé l’ordre de s’arrêter, le chauffeur qui n’avait pas réussi à les atteindre a fait demi-tour et a tenté d’écraser des civils israéliens. Selon l’armée israélienne, un autre soldat posté sur un toit, voyant les civils menacés, a ouvert le feu sur le terroriste et l’a tué.

 

 

Le terroriste avait pris le volant d’un tractopelle « Bobcat » comme celui-ci. Un engin choisi pour sa capacité à faucher des vies…

 

Le Figaro efface le contexte

Voici comment le site du Figaro a rapporté la nouvelle dans un « Flash Actu » :

 

 

Un titre laissant entendre qu’un simple quidam palestinien avait été tué gratuitement par des soldats israéliens. Il avait en réalité attenté à leur vie.

 

L’AFP avait pourtant donné les faits

La faute du Figaro est encore plus manifeste au regard du fait que la source utilisée, l’Agence France-Presse, avait donné les précisions manquantes.

 

 

Ce titre a naturellement été repris par d’autres médias.

 

 

Ainsi, le titre de la dépêche de l’AFP sur laquelle s’est basé Le Figaro faisait bien comprendre que l’homme tué n’était pas innocent. Bien sûr, la nature terroriste de l’acte aurait été d’autant plus claire si l’AFP n’avait pas mentionné uniquement les soldats comme cibles de l’attaque dans le titre, puisque des civils avaient aussi été visés. Néanmoins, l’agence a correctement rapporté les faits, en fournissant dans sa dépêche des précisions de l’armée israélienne :

 

Les troupes ont demandé au conducteur de s’arrêter mais « le terroriste a fait demi-tour et poursuivi sa course avec l’intention de s’attaquer aux civils à proximité », a-t-elle ajouté.

 

Cette phrase, clé pour comprendre que l’attaque n’était pas un fait d’armes militaire contre des soldats mais un acte terroriste ayant aussi visé des civils, a elle aussi été expurgée de l’article du Figaro : une deuxième modification masquant encore davantage le terrorisme palestinien contre les Israéliens.

 

Le Figaro corrige

Relevant que le site russe Sputnik avait titré « Des soldats israéliens abattent un Palestinien à bord d’une voiture-bélier », un internaute remarqua avec amusement que « même le Kremlin est plus précis »

InfoEquitable interpella alors Le Figaro sur Twitter en relevant l’absence d’un contexte essentiel dans le titre et en demandant si le journal aurait osé titrer de la sorte si une attaque à la voiture bélier s’était déroulée ainsi en France.

 

 

Le lendemain à 15h24, soit 27 heures après la publication du titre litigieux, Le Figaro reconnaissait implicitement sa faute en corrigeant le titre :

 

 

 

Des titres tronqués de façon récurrente

Malgré l’absence de message correctif encadrant l’article qui aurait permis au lecteur de comprendre qu’il y avait une erreur au départ, InfoEquitable salue l’action corrective prise par Le Figaro.

Cette faute avérée suscite néanmoins une interrogation.

En effet, cette manière de traiter le terrorisme palestinien n’est pas nouvelle au Figaro. Une analyse des « Flash Actu » passés révèle un usage régulier du même procédé. En janvier 2017, par exemple, l’AFP avait émis une dépêche à propos d’une attaque similaire, reprise ici par Europe 1 :

 

 

Le Figaro avait recouru à la même simplification du titre.

 

 

En voici d’autres exemples. A chaque fois, le titre de l’AFP a été tronqué sur le site du Figaro :

  • en 2016, trois garde-frontières israéliens percutés par un Palestinien avec sa voiture, Le Figaro titre : « Cisjordanie: un Palestinien abattu ». Titre de l’AFP : « Cisjordanie occupée: un Palestinien auteur d’une attaque à la voiture bélier abattu (police) »;
  • en 2015, un Palestinien percute deux soldats israéliens avec sa voiture, Le Figaro titre : « Cisjordanie: un Palestinien abattu par la police ». Titre de l’AFP : « Cisjordanie : un Palestinien abattu après avoir percuté en voiture des soldats(police) »;
  • en 2015 encore, un Palestinien poignarde un civil israélien, Le Figaro titre : « Cisjordanie: un Palestinien abattu par l’armée ». Titre de l’AFP : « Cisjordanie: un Palestinien tué par l’armée après une attaque au couteau sur un Israélien».

 

Et la liste n’est pas exhaustive. Il semble donc bien qu’il s’agisse là d’un procédé récurrent, au point que l’on peut se demander s’il n’existe pas une règle implicite au Figaro qui consisterait, en cas de « neutralisation » d’un terroriste palestinien par les forces israéliennes, à retrancher l’acte terroriste initial du titre, imputant ainsi la mort de Palestiniens supposés innocents aux forces israéliennes.

Un tel procédé serait-il acceptable pour les terroristes agissant en France ? Il est permis d’en douter. Et si ce n’est pas le cas, pourquoi le serait-ce concernant Israël ?

InfoEquitable a écrit à la rédaction du Figaro pour savoir s’il existe une justification journalistique à ces simplifications apportées aux dépêches de l’AFP et ne manquera pas de publier toute réponse.

Vous appréciez le travail de veille et d’information d’InfoEquitable ? Aidez-nous à le poursuivre en faisant un don déductible de vos impôts à hauteur de 66 % des sommes versées. Chaque geste compte ! Suivez aussi InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Derniers commentaires
  • Bravo et merci à InfoEquitable pour votre excellent article et toute aussi excellente investigation !!!

    Vous êtes les meilleurs

  • Bien que l’AFP ait fait des progrès dans l’honnêteté de ses dépêches, il y a encore du chemin à faire pour elle. Parler de la Judée et de Samarie en tant que « Cisjordanie occupée », c’est quand même une liberté avec les les faits objectifs que je trouve assez grave pour un bureau de presse.

  • C’est quoi et qui, un « palestinien » ?

    C’est une identité arabe inventée par Yasser Arafat ( Abou Ammar ) et ses idiots utiles, pour spolier le territoire israélien.

    Il faut les identifier comme il se doit, c’est à dire, des arabes.

    Quand on aura compris qu’il faut cesser d’identifier ces arabes comme des « palestiniens », on aura résous le conflit à 80% au Proche-Orient.

  • Super-article et action, bravo et longue vie à InfoEquitable !

    Le Figaro est effectivement TRES coutumier de cette façon de faire. Cependant ses lecteurs, quand ils ne sont pas « modérés », se chargent de remettre franchement les pendules journalistiques à leur place, ce qui est rafraîchissant.
    C’est pire sur Le Monde, où les titres des articles traitant d’Israël sont les mêmes, mais où les corps des articles sont bien plus sévères, appuyés en cela par des commentaires autorisés violemment anti-israéliens !

    Enfin, il aurait fallu mentionner un autre biais, dans le titre-même de la dépêche de l’AFP : le terme « renverser ». Non, un Palestinien n’a pas tenté de « renverser » des soldats, il a tenté de les tuer (en les renversant). En opposant à cette « tentative de renverser » une punition extrême (« être tué »), l’AFP laisse entendre que la réponse a été, une nouvelle fois, disproportionnée de la part des Israéliens.

    J’imagine le temps que passent certaines personnes, à l’AFP et autres, pour ciseler et peaufiner ces titres pervers… sans parler des articles !

  • En réalité, un mini tracto-pelle, (déjà mini, ça aide à réduire le danger) de marque Bobcat, américaine, furieux d’être confondu avec la marque française Poclain , a brusquement décidé de faire savoir, sous le coup de la colère, qu’en réalité il n’avait rien à voir avec la France. En France, il y a un mot pour désigner ce genre d’hystérie criminelle: c’est « déséquilibré » et malheureusement c’est le conducteur qui a été éliminé… Une bavure de plus à inscrire au compte des gardes-frontières israéliens !

  • Une première : « l’Agence France-Presse, avait donné les précisions manquantes. »
    Avec un peu d’optimisme, on peut imaginer que vos articles sur leur parti-pris et leur permanente désinformation les obligent à un semblant de professionnalisme.
    Les roquets d’Orsay doivent enrager : si leurs laquais se permettent à présent un semblant d’objectivité, où va-t-on ?

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.