AccueilVeille médias« Israël : Etat-nation » : quand CNEWS a la langue qui fourche

« Israël : Etat-nation » : quand CNEWS a la langue qui fourche

La loi fondamentale « Israël : Etat-nation du peuple juif » adoptée par le parlement israélien fait couler beaucoup d’encre. Malheureusement, la plupart des commentaires qu’elle suscite ne s’attardent pas sur le texte. L’une des plus importantes déformations concerne la disposition sur la langue officielle du pays.

 

La chaîne CNEWS s’est livrée à l’une des pires manipulations à ce sujet dans une vidéo au sujet d’une manifestation contre cette loi à Tel Aviv.

 

 

La vidéo explique que

 

L’arabe qui est la langue officielle du pays va ainsi être remplacé par l’hébreu…

 

Bien évidemment, dire que l’arabe est, ou a été, « LA langue officielle » d’Israël est une pure invention.

La loi ne fait que mettre sur le papier une réalité connue de tous : Israël a été créé en 1948 justement pour être l’Etat du peuple juif (un Etat arabe, dont la langue aurait été l’arabe, aurait dû voir le jour à ses côtés selon le plan de partage voté par l’ONU en 1947 ; l’attaque du nouvel Etat d’Israël par les armées arabes a mis fin à cette possibilité à l’époque mais c’est une autre histoire). La langue commune des Juifs étant l’hébreu, elle est devenue la principale langue du pays.

 

Quelle place pour l’arabe jusqu’à présent ?

A défaut d’être la langue officielle du pays, l’arabe était-il donc une langue officielle, au même titre que l’hébreu ? Non, et c’est une sorte de scoop, tant on a pu voir des médias comme Le Monde assurer que la loi « retirait à l’arabe son statut de langue officielle au côté de l’hébreu ». D’abord parce qu’il n’y avait pas à proprement parler de langue officielle : Israël n’a jamais eu de constitution et l’objet de la nouvelle loi est justement de compléter les lois fondamentales existantes, qui ensemble font office de constitution, en officialisant les attributs de l’Etat – langue, mais aussi drapeau, capitale, critères conférant le droit à l’autodétermination…).

Toutefois, sans être langue officielle, la langue arabe était la seule langue minoritaire du pays à jouir d’une reconnaissance par l’Etat. Le géopolitologue Emmanuel Navon, qui a participé à l’élaboration de la nouvelle loi, explique dans Le Figaro :

 

La loi “Israël : Etat-nation” ne met pas fin au statut officiel de la langue arabe, puisque l’Arabe n’a jamais été formellement une langue officielle en Israël. L’Arabe avait statut de langue officielle sous le Mandat britannique, au même titre que l’Anglais et l’Hébreu. Avec l’indépendance d’Israël en 1948, le Conseil national temporaire statua que le droit mandataire britannique continuerait d’être en vigueur tant que non supplanté par la législation israélienne. Or cette législation, ainsi que la jurisprudence de la Cour suprême, a fait de l’Arabe une langue reconnue mais pas officielle. La loi exige que les listes de partis et de candidats aux élections soient en Hébreu, mais autorise les partis à traduire les noms de leurs candidats en Arabe. La Cour suprême a obligé l’Etat à faire figurer l’Arabe aux côtés de l’Hébreu sur certains panneaux de signalisation, mais a refusé de rendre ses arrêts en Arabe. Ce statut reconnu mais non-officiel de la langue arabe est préservé et codifié par la nouvelle loi fondamentale.

 

Quelle place pour l’arabe après l’adoption de la loi fondamentale ?

Pour le savoir, il est indispensable de lire le texte (hébreu – anglais – français) dont voici une traduction de l’article 4 :

 

A. La langue de l’Etat est l’hébreu.

B. La langue arabe a un statut spécial dans l’Etat ; l’utilisation de l’arabe dans les institutions de l’Etat ou face à celles-ci sera réglementée par la loi.

C. Rien dans la présente clause ne déroge au statut effectivement accordé à la langue arabe avant l’entrée en vigueur de la présente loi fondamentale.

 

Le deuxième alinéa continue de reconnaître un statut particulier à la langue arabe. Il s’agit, comme c’est donc le cas depuis des décennies, d’une langue secondaire, mais c’est bien plus que ce qui est octroyé aux langues de nombreuses minorités ailleurs dans le monde ; la France n’a par exemple que le français pour langue officielle et sa constitution ne reconnaît pas de statut spécial au basque, au breton ou au corse dont les locuteurs se doivent de maîtriser le français pour interagir avec l’administration…

L’alinéa C est plus intéressant encore. Tout commentateur qui n’a rien trouvé à redire durant les 70 précédentes années sur le statut de la langue arabe en Israël et qui estime que les Arabes israéliens sont relégués par la nouvelle loi à un statut de « citoyens de seconde zone » (mots utilisés par CNEWS…) devrait relire ce paragraphe, qui dit explicitement que rien ne changera par le fait de cette loi, qui inscrit le statu quo !

Non, CNEWS, l’hébreu de va pas remplacer l’arabe. Que l’on approuve ou non cette loi, il faut reconnaître qu’elle ne fait qu’officialiser le statut existant de l’hébreu comme principale langue du pays, de même que les privilèges existants de l’arabe comme langue de la plus importante minorité. Faire croire le contraire est de la désinformation.

La France compte des millions d’arabophones (auxquels elle ne confère aucun privilège linguistique…). Leur laisser entendre que des Juifs oppriment les Arabes en Israël peut en amener certains à nourrir un ressentiment potentiellement violent contre les Juifs qui vivent à leurs côtés en France ; tout cela sur les bases d’une fausse information

 

Nb : La vidéo présente une autre information de façon très lacunaire :

Dans la foule, de nombreux drapeaux de l’Etat palestinien, ce qui n’a pas manqué de faire réagir Benjamin Netanyahu, grand défenseur de cette loi : « il n’y a pas de meilleur témoignage de la nécessité du droit national. Nous allons continuer à agiter le drapeau israélien avec fierté. »

Ce n’est pas par nationalisme impulsif à la seule vue de drapeaux palestiniens que le Premier ministre israélien a réagi. Il faisait aussi référence à des chants entonnés en plein Tel Aviv (et visibles dans la vidéo qu’il a tweetée) par les manifestants brandissant ces drapeaux, que les médias occidentaux ont largement passés sous silence : « Avec le sang et le feu nous récupérerons la Palestine ». Benjamin Netanyahu les a explicitement mentionnés dans un communiqué. Ce qui donnait une tout autre tonalité à la manifestation et aux revendications d’une partie des opposants arabes au texte qu’un simple combat pour “l’égalité” tel que présenté par CNEWS.

Vous appréciez le travail de veille et d’information d’InfoEquitable ? Aidez-nous à le poursuivre en faisant un don déductible de vos impôts à hauteur de 66 % des sommes versées. Chaque geste compte ! Suivez aussi InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Derniers commentaires
  • Il serait bon maintenant de réclamer à l’ONU de nous faire restituer les parties des terres qui ont été assignées à Israël dans le partage de 47 et qui ont été occupées illégalement par la Jordanie en 48, jamais rendues à leur propriétaire Israël, mais mises à la disposition des Arabes se réclamant d’un peuple palestinien inconnu qui occupe ces terre frauduleusement.

  • L’Egypte reconnait le statut de l’hébreu comme langue officielle… L’Arabie Saoudite reconnait le yiddish comme langue officielle… La Turquie reconnait le ladino comme langue officielle… Le Maroc reconnait le djudesmo comme langue officielle… Il était grand temps :mrgreen:

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.