AccueilVeille médias
Archive

InfoEquitable a regardé et écouté attentivement le reportage d’Envoyé spécial qui a entraîné une polémique entre les organisations juives et France Télévisions. Voici pourquoi le reportage pose problème.

48 heures après avoir affirmé qu’un enfant palestinien avait été tué par l’armée israélienne, l’Agence France-Presse a évoqué – mais de manière fort discrète – les doutes concernant les circonstances de la mort

La chaîne publique France 24 a donné la parole à Ahed Tamimi, l’activiste palestinienne en tournée en France à l’initiative de ses amis d’extrême gauche. Elle y a candidement confirmé son but, que

Israël a-t-il brimé les Palestiniens en les privant de leur courrier ? C’est ce qu’un reportage de l’AFP laisse entendre. Une recherche sur le contexte entourant les relations postales entre Israël et l’Autorité

La loi fondamentale « Israël : Etat-nation du peuple juif » adoptée par le parlement israélien fait couler beaucoup d’encre. Malheureusement, la plupart des commentaires qu’elle suscite ne s’attardent pas sur le texte.

Du choix tendancieux de la question à la réponse orientée, Libération démontre que tout ce qui se présente comme du factchecking n'est pas forcément factuel.

L’AFP a reconnu que la séquence de vendredi soir a été provoquée par le meurtre d'un soldat israélien et que les morts palestiniens n’étaient pas de simples civils. Mais cette responsabilité du Hamas

L’ONG B’Tselem prétend que la poursuite de la construction par Israël à l’est de Jérusalem « pourrait aboutir à une division entre le nord et le sud de la Cisjordanie »; l’AFP a

Même le « démenti » de cette fausse information relayée par l’agence française verse dans le complotisme.

Après sa mort en décembre dernier, l’activiste palestinien en fauteuil roulant avait été hâtivement présenté par les médias comme un « martyr tué par l’armée israélienne ». De nouvelles incohérences entre des images censées représenter ses

Selon la justice israélienne, le Hamas aurait payé les parents pour qu’ils accusent Tsahal à tort. L’enfant serait en réalité mort de maladie.

Une vidéo du Monde a relayé la propagande d’un terroriste de Gaza affirmant que les cerfs-volants incendiaires lancés sur Israël étaient une réponse à « l’occupation de la bande de Gaza par Israël

Le quotidien avait expliqué que les cerfs-volants incendiaires étaient une « tactique de certains Palestiniens pour s’opposer à l’occupation de la bande de Gaza par Israël » – qui a évacué Gaza en 2005… Un

InfoEquitable a obtenu que Le Figaro rectifie un titre dont avait été expurgé le contexte de la mort d’un Palestinien, tué en tentant d'attaquer des Israéliens avec un engin de chantier. Mais la

C’est la plus grosse attaque contre Israël depuis 4 ans. Plus de 200 roquettes et obus lancés par le Hamas et le Jihad islamique palestinien sur la population tout au long de la

L’Agence France-Presse a fini par rapporter – mais du bout des lèvres – les raisons pour lesquelles les Israéliens doutent que l’enfant ait été victime des gaz lacrymogènes.

L’envoyée spéciale du Point à Gaza, Ariane Lavrilleux, s’est abstenue de vérifier la traduction d’un tract en hébreu présenté par des activistes de Gaza.

L’Agence France-Presse a diffusé complaisamment l’histoire d’un bébé palestinien asphyxié par des gaz lacrymogènes tirés par Tsahal. Pas une ligne en revanche sur les informations mettant en cause la véracité de l’événement.

Reprise sans réserve de l’idéologie du BDS, travestissement de la réalité d’un tramway qui transporte des passagers de toutes origines, accusations sans preuves - et une référence aux institutions juives françaises fleurant le

L’hebdomadaire a publié une interview particulièrement complaisante du chef du Hamas à Gaza, réalisée par un mystérieux journaliste.