AccueilVeille médiasUkraine: les accusations de bombes israéliennes au phosphore ressortent du placard

Ukraine: les accusations de bombes israéliennes au phosphore ressortent du placard

Partagez


De vieilles accusations qu’Israël a toujours démenties refont surface à l’occasion du conflit ukrainien.

 

Le Journal télévisé de 20h de France 2 a diffusé le 24 mars un reportage rapportant les accusations ukrainiennes selon lesquelles la Russie utiliserait des bombes au phosphore blanc.

 

 

Le reportage rappelle que ces armes « ne sont pas interdites, mais leur usage en milieu urbain contre des civils, pourrait être assimilé à des crimes de guerre ».

Le président ukrainien, est-il précisé, accuse la Russie d’avoir utilisé du phosphore « pour tuer des femmes et des enfants ».

L’expert interrogé parle qu’une arme qui peut « provoquer des brûlures extrêmement graves et mortelles sur les populations civiles exposées, et donc elles ont un caractères de terrorisation évidemment très marqué ».

C’est donc l’éventuel usage délibéré du phosphore contre des civils qui – si avéréposerait problème et fait à juste titre l’objet des interrogations du reportage, largement reprises d’ailleurs à travers la presse.

 

Comparaison Ukraine-Gaza

Le commentateur ajoute, immédiatement après la mention de la « terrorisation » :

 

Ces bombes ont été largement utilisées dans des conflits dans le passé, comme en Iraq ou à Gaza.

 

L’image d’archive de Gaza est complétée d’un bandeau indiquant « janvier 2009 » (date de la guerre dite Opération plomb durci).

 

 

D’après nos recherches, Israël a reconnu avoir utilisé des munitions explosives (à des fins de marquage/éclairage de cibles) et des projectiles de fumée au phosphore blanc (pour protéger ses troupes) à Gaza en 2009. Mais Israël, qui rappelle à l’instar du reportage que l’usage de ces armes n’est interdit par aucun traité international, a formellement nié avoir recouru à ces armes contre des populations civiles ou à des fins anti-personnelles. Israël affirme avoir toujours visé des zones non habitées. Cette position officielle a été exprimée dans un rapport de 2009 (p.145 et suivantes).

Par ailleurs, selon un article de Newsweek paru lors du dernier conflit ouvert en mai 2021, « En 2013, Israël a déclaré qu’il cesserait d’utiliser des munitions au phosphore blanc pour créer des écrans de fumée sur le champ de bataille. Aucun responsable n’a confirmé l’utilisation de cette substance toxique depuis. »

 

 

En mai 2021 justement, certains faussaires avaient eu recours à des photos d’autres conflits, comme l’Afghanistan, pour accuser Israël d’utiliser du phosphore.

 

 

Une forme d’aveu de n’avoir trouvé aucune preuve de tels faits à Gaza.

Si France Télévisions a des sources démontrant tout de même un large usage de bombes au phosphore par Israël contre les zones peuplées de Gaza, avec des morts à la clé, InfoEquitable serait très intéressé à les connaître.

Nous avons donc écrit au médiateur de France Télévisions pour demander si, dans le cas contraire, il ne serait pas opportun de revenir sur cette information qui impute à Israël d’avoir commis des actions assimilables à des crimes de guerre en l’absence, semble-t-il, de fondements solides.

 

Vous appréciez le travail de veille et d’information d’InfoEquitable ? Aidez-nous à le poursuivre en faisant un don déductible de vos impôts à hauteur de 66 % des sommes versées. Chaque geste compte ! Suivez aussi InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : InfoEquitable

© InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

 


Partagez
Aucun commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.