a
AccueilVeille médiasLes Iles Salomon admises à INTERPOL (la Palestine aussi)

Les Iles Salomon admises à INTERPOL (la Palestine aussi)

L’admission de l’archipel du Pacifique a moins intéressé les médias que celle de la Palestine; ils n’ont cependant pas développé les raisons des inquiétudes israéliennes face à cette dernière décision.

 

INTERPOL vient d’accueillir en son sein deux nouveaux membres. Voici quelques uns des titres de la presse pour annoncer cette nouvelle :

Le Figaro :

 

Libération :

Le Monde :

 

L’Express :

 

Il faut ouvrir les articles pour apprendre qu’un deuxième membre a été accueilli par l’organisation, qui a annoncé les adhésions dans un tweet : « L’Etat de Palestine et les îles Salomon sont désormais pays membre d’INTERPOL ».

 

 

Mais l’ensemble de la presse a, suivant les dépêches de l’Agence France-Presse et de Reuters, adopté la même approche : seule la Palestine est citée dans les titres.

Certains, comme L’Obs, auraient eu la place de mentionner les Iles Salomon dans le titre, mais ont préféré commenter les conséquences de l’accueil de la Palestine :

 

 

« Ca ne plaît pas à Israël ! » Et si c’était là la raison de cette emphase unanime mise sur la Palestine ?

L’un des buts de l’offensive diplomatique menée par l’Autorité palestinienne pour se faire admettre comme un Etat au sein des organisations internationales est de légitimer un « peuple palestinien », création des années 60 pour se substituer au peuple juif et à son Etat, Israël. On en voit les effets délétères dans les organisations où la Palestine a été admise, comme l’UNESCO qui falsifie l’histoire en « palestinisant » le patrimoine millénaire juif. On notera qu’INTERPOL n’a pas annoncé l’adhésion de l’Etat des Iles Salomon, alors que l’archipel est un Etat reconnu par l’ONU depuis 1978; la Palestine, elle, n’est pas reconnue comme Etat par l’ONU, seule organisation habilitée à conférer ce titre.

Il y a cependant plus gênant encore que ces enjeux symboliques. L’Autorité Palestinienne pourra accéder à des informations sensibles mettant en cause la sécurité d’Israéliens. Même si la liste des autres pays déjà membres contenait déjà certains pays peu exemplaires, Israël a des craintes à nourrir de l’accueil, au sein d’une organisation dont l’un des buts est « d’aider ses pays membres à protéger leurs citoyens contre le terrorisme sous ses multiples formes », d’une entité semi-étatique qui incite les écoliers au terrorisme et rémunère ceux qui passent à l’acte.

Tous les bords de l’échiquier politique israélien ont d’ailleurs condamné l’adhésion de la Palestine, sans que les médias étrangers ne fassent état de leurs réactions, à l’image du président Reuven Rivlin qui a déclaré :

Cette décision nuira à la capacité d’INTERPOL de combattre le terrorisme international. C’est une décision politique qui n’est pas fondée sur un besoin professionnel. Il est très triste que les Palestiniens utilisent à nouveau un organisme professionnel à des fins politiques, dans le cadre de leur campagne pour saper les négociations de paix et délégitimer l’Etat d’Israël.

 

Des îles au nom biblique

Les Iles Salomon furent ainsi nommées par le navigateur espagnol Álvaro de Mendaña, dont on dit qu’en les visitant en 1568 il pensa y trouver Ophir, région mentionnée dans la Bible comme source de richesses parmi lesquelles l’or qui permit notamment au roi Salomon d’orner le Temple de Jérusalem.

Ces îles, certes peu peuplées et situées aux antipodes, peuvent remercier la Palestine : grâce à son admission, la presse a informé les lecteurs qui ont fait l’effort d’aller au-delà des titres de leur adhésion à INTERPOL. Sans cela, la nouvelle aurait peut-être bien été complètement ignorée.

Vous avez aimé cet article ? Suivez InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : © InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Image : YouTube : capture d’écran – AFP

Derniers commentaires
  • Ce n’est pas seulement Israël qu’Interpol met en péril avec cette admission, c’est le monde. L’organisation fait entrer en son sein, non pas pour des raisons politiques, mais par haine des Juifs et de leur Etat, l’A.P qui n’est autre que l’OLP, ce n’est pas un Etat mais une organisation terroriste.

    Israël est, hélas, partiellement responsable de cette situation cataclysmique car il a rendu l’OLP fréquentable en négociant en secret avec la centrale terroriste dans les années 80 (merci Shim’on Peres !), ce qui a abouti au début des années 90 aux accords d’Oslo (avec ce même Shim’on Peres et Yits’hak Rabin) qui a officialisé l’OLP comme interlocuteur fréquentable, comme partenaire recherchant la paix (alors que nous savons qu’il n’en est rien) et a internationalement délégitimé la présence juive en terre d’Israël (les accords « Paix Contre Territoires de Clinton laissaient entendre au monde qu’Israël concédait détenir des territoires dont il n’était pas le légitime possesseur). Les accords d’Oslo ont transformé l’OLP en Autorité Palestinienne. Et c’est l’Autorité Palestinienne qui agit aujourd’hui sur la scène internationale pour délégitimer Israël en falsifiant l’Histoire. C’est à cause des accords d’Oslo et des discussions secrètes qui les ont précédés que l’OLP a acquit une crédibilité aux yeux des Nations et un porte-voix pour passer à l’étape supérieure.

    Israël aurait dû rester sur sa ligne « On ne négocie pas avec les terroristes ! »

    La gauche israélienne aujourd’hui poursuit sur la lancée initiée par Shim’on Peres et Yits’hak Rabin trop impatiente de trouver dans la fierté nationale bien légitime et honorable d’un peuple qui en a trop longtemps été privé, un défaut majeur digne des pires pages de l’Histoire.

    • De son côté, la droite continue de confirmer le statut respectable et fréquentable de l’AP d’interlocuteur pour la paix et dont les revendications ne paraissent, du coup, pas dénuées de fondement et de légitimité aux yeux de la communauté internationale puisque Israël en accepte lui-même ouvertement le principe !

  • Ne mettez plus de p majuscule a palestinien, mettez en un plutôt au mot Putain, ça puera moins !

    Remarquez que le mot Putain n’est plus grossier puisqu’il figure dans le dictionnaire français actuel : j’ai donc le droit d’utiliser un mot homologué par les académiciens qui rédigent le dictionnaire… et meme d’utiliser ce mot pour en trouver la rime dans un vers de poesie !!!

  • Interpol, rejoint la confrérie de ceux qui sont tombés dans le piège de l’entité « palestinienne » inventée par Yasser Arafat ( Abou Ammar ).

Commenter