AccueilVeille médiasCorrigé: le Malawi n’est pas le premier pays africain à ouvrir une ambassade à Jérusalem

Corrigé: le Malawi n’est pas le premier pays africain à ouvrir une ambassade à Jérusalem

Partagez

Plusieurs agences de presse ont repris un communiqué officiel israélien qui déclarait que le Malawi était le premier Etat à ouvrir une ambassade à Jérusalem. Il y a en réalité eu des précédents historiques.

 

En visite en Israël, le ministre des Affaires étrangères du Malawi a annoncé que son pays allait ouvrir une ambassade à Jérusalem.

 

Les ministres des Affaires étrangères du Malawi et d’Israël , Eisenhower Mkaka et Gabi Ashkenazi, annoncent la décision à Jérusalem (photo Avi Ohayun, GPO)

 

Plusieurs des médias qui se sont faits l’écho de cette nouvelle ont souligné que cela ferait de cet Etat d’Afrique de l’Est le « premier pays africain à ouvrir une ambassade à Jérusalem ».

C’est notamment ainsi que l’Agence France-Presse (AFP) a présenté l’annonce diplomatique – ici reprise par Le Monde :

 

 

Cette information, bien que fidèlement tirée au départ d’un communiqué du ministre des Affaires étrangères israélien Gabi Ashkenazi, n’était pourtant pas tout à fait exacte.

Le Malawi est bien le premier pays africain à ouvrir une ambassade dans la ville sainte depuis que les Etats-Unis ont pris la même décision en 2018.

En revanche, jusqu’en 1973, plusieurs pays d’Afrique disposaient de représentations diplomatiques dans la ville où siège le gouvernement israélien.

L’AFP elle-même en avait fait état à l’époque de la décision américaine :

 

Dans le passé, plusieurs pays, notamment d’Afrique et d’Amérique du Sud, ont eu leur ambassade à Jérusalem. Certains pourraient y revenir.

Après la guerre d’octobre 1973 entre Israël et une coalition de pays arabes emmenée par l’Egypte et la Syrie, la Côte d’Ivoire, le Zaïre (actuelle République Démocratique du Congo) et le Kenya ont coupé les ponts diplomatiques avec Israël et fermé les portes de leur ambassade à Jérusalem.

 

La liste était même plus longue, puisque jusqu’à 10 pays africains ont été représentés par des ambassadeurs sis à Jérusalem avant 1973 d’après un annuaire israélien datant de 1968 (p. 145-151): la Côte d’Ivoire, dont l’ambassadeur représentait également le Niger, le Bénin (anciennement Dahomey) et le Burkina Faso (anciennement Haute-Volta), la République démocratique du Congo (alors Zaïre), le Congo-Brazzaville, Madagascar (République malgache), le Liberia, le Gabon et la République centrafricaine. En 1986, la Côte d’Ivoire a réintroduit son ambassade à Jérusalem pour une brève période de plusieurs mois.

Plusieurs médias anglophones qui avaient annoncé la décision malawite comme une première ont été alertés sur l’erreur par CAMERA, qui effectue un travail de veille sur les médias dans plusieurs langues. C’est le cas de l’agence Reuters, qui a alors assorti sa dépêche en anglais sur le sujet d’un rectificatif :

 

 

(L’article est corrigé sur le fait que le Malawi serait le premier pays africain à ouvrir une ambassade à Jérusalem pour Israël depuis des décennies, et non le premier.)

 

InfoEquitable a de son côté contacté l’AFP.

L’agence française a elle aussi décidé de rectifier l’information. La version mise à jour de sa dépêche indique désormais :

 

 

Le texte de la dépêche AFP a lui aussi été mis à jour :

 

Le Malawi va ouvrir en 2021 une ambassade à Jérusalem, devenant le premier pays africain à établir une mission diplomatique dans la ville sainte en plus de quatre décennies, ont annoncé mardi les ministres des Affaires étrangères israélien et malawite.

 

Merci à l’AFP d’avoir ainsi replacé l’information dans son contexte.

 


Auteur : InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Photo : Avi Ohayun, GPO

 


Partagez
Aucun commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.