AccueilVeille médiasFrance Inter corrige la description mensongère de localités israéliennes comme des « colonies »

France Inter corrige la description mensongère de localités israéliennes comme des « colonies »

La radio du service public avait diffusé un reportage décrivant trois localités de Galilée comme des « colonies ». Suite à la mobilisation des lecteurs d’InfoEquitable, France Inter a corrigé cette faute sur le site en leur accordant désormais le statut bien plus représentatif de « villes ».

 

—-

Mise à jour

Nous indiquions que France Inter n’avait corrigé que la version écrite du reportage mais pas la bande audio. Or il s’avère que, presque à la même heure où nous publiions ces lignes, la médiatrice de Radio France annonçait, dans un échange avec un auditeur qui avait certainement suivi notre appel à protester auprès d’elle, que le son du reportage allait aussi être modifié. Deux heures après la parution de notre article, c’est ce qui a été fait et le reportage audio parle désormais aussi de « villes » et non plus de « colonies ». 

 

 

Aurélien Colly, le journaliste auteur du reportage, a également reconnu l’usage d’un terme inapproprié.

 

 

Merci à Radio France d’avoir réagi et à nos lecteurs d’avoir permis la correction de cette erreur.

 

—-

Nous sommes satisfaits de la reconnaissance de cette erreur par la radio.

Cependant, la correction sur le site ne s’accompagne d’aucun commentaire pour faire savoir aux lecteurs que le texte initial comportait une erreur importante.

Plus grave, la chronique audio inchangée est toujours en ligne. Or, comme l’expliquait InfoEquitable dans l’article qui a poussé France Inter à réagir, le reportage reste très tendancieux.

 

 

En particulier, il donne la parole à un « vieux forgeron libanais » supposément âgé d’une soixantaine d’année qui raconte des souvenirs qu’il ne pourrait avoir que s’il avait au moins 75 ans, traite les Juifs (pas les Israéliens, les Juifs !) de voleurs de terres et fait comprendre qu’Israël doit « redevenir la Palestine » (argument trompeur puisque la Palestine antérieure à 1948 fut une région sous mandat britannique et non un Etat arabe). L’homme appelle donc à éliminer l’Etat d’Israël et cela ne suscite aucun commentaire critique de la part du journaliste Aurélien Colly, envoyé spécial permanent de France Inter à Beyrouth, qui interviewe par ailleurs également un membre du Hezbollah sans préciser que ce mouvement est considéré comme terroriste par de nombreuses autorités dont celles de l’Union européenne…

Au vu du reste de la chronique, le recours au terme de « colonies » pour désigner des localités situées sur le territoire internationalement reconnu d’Israël n’est pas anodin. Davantage qu’une simple erreur factuelle, il se situe en conformité avec la ligne du Hezbollah qui nie le droit aux Juifs d’avoir un Etat : raison pour laquelle nous avions intitulé notre première critique « France Inter reprend la propagande du Hezbollah ».

 

Cette correction a minima suscite d’autres questions pour France Inter

Est-ce que cette identification sans distanciation avec le narratif d’une organisation terroriste correspond aux standards journalistiques de France Inter, une radio financée par les contributions du public français ?

Le journaliste a-t-il été sanctionné par la rédaction pour cette faute qui peut avoir des conséquences, en France, sur la sécurité des Juifs qui sont diabolisés dans le reportage (rappelons les paroles du « forgeron »« Quand on était petit, on allait en Palestine. (…) Les Juifs n’étaient pas comme aujourd’hui, ils étaient sages, ils n’attaquaient personne, ne prenaient les terres de personne. ») ?

Nous ne manquerons pas de publier une éventuelle réponse de France Inter à ces questions.

Vous appréciez le travail de veille et d’information d’InfoEquitable ? Aidez-nous à le poursuivre en faisant un don déductible de vos impôts à hauteur de 66 % des sommes versées. Chaque geste compte ! Suivez aussi InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Aucun commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.