AccueilVeille médiasFrance Télévisions fait la promotion d’une BD anti-israélienne

France Télévisions fait la promotion d’une BD anti-israélienne

L’histoire de Moh, un enfant palestinien emprisonné dans les prisons israéliennes, reprend tous les poncifs et les clichés de la désinformation. Un reportage de France 3, rediffusé sur le site internet de France Info, recommande cet album BD malgré de nombreux passages incitant à la haine des Juifs et des Israéliens.

 

Entre fiction et réalité, « Moh, Palestinien mais presque » ambitionne de raconter l’histoire « véridique » – aux dires de ses auteurs – de Mohamed, un jeune palestinien de 13 ans arrêté lors d’une manifestation et dont le passage dans les prisons israéliennes sera l’occasion de se construire une « conscience politique ».

 

 

Publié par une petite maison d’édition spécialisé dans la BD (La Boîte à Bulles), l’album a fait l’objet d’une double promotion de la part de France Télévisions : le journal de France 3 Marseille y a consacré un reportage le 18 octobre dernier (les deux auteurs habitent la cité phocéenne); ce reportage a ensuite été mis en ligne sur le site de France Info accompagné d’un article élogieux.

 

 

Ce que ni l’article, ni le reportage ne précisent, c’est qu’au delà de l’alibi artistique, l‘album BD s’appuie sur une vision aussi engagée que caricaturale du conflit israélo-palestinien.

A en croire ce récit, le quotidien des populations civiles palestiniennes ne serait rythmé que par l’arbitraire et la violence infligée par des Israéliens cruels et sadiques.

De nombreux passages de l’album constituent de véritables incitations à la haine contre les Israéliens, mais aussi contre les Juifs.

L’histoire commence dans une rue de Jénine : Moh, un petit écolier palestinien, est arrêté par les soldats israéliens à la sortie du collège…. 

 

 

Son seul tort est d’avoir croisé une manifestation « pacifique » contre l’occupation israélienne et de s’être approché par curiosité…

 

 

Mais pour l’armée israélienne, c’est est déjà trop. Les soldats chargent sans sommation

 

 

… et arrêtent l’enfant palestinien.

 

 

Pendant ses longs mois de prison, Moh est interrogé, humilié, torturé par les Israéliens…

 

 

… qui le condamnent à une lourde peine de prison.

 

 

A sa sortie de prison, il a mûri. « Je ne serai plus jamais un enfant », dit-il. Il veut comprendre ce qui lui est arrivé et décide avec d’autres jeunes palestiniens de se forger une « conscience militante ».

 

 

L’album BD relate la création d’Israël avec quelques raccourcis…

 

 

Ca ne fleure pas vraiment la bienveillance à l’égard des Juifs.

 

 

– Mes grands-parents étaient copains avec des Juifs…

– Les Arabes n’ont pas senti le danger ! 

 

Figure de style odieuse et cent fois utilisée par la propagande palestinienne : la Shoah est invoquée pour nazifier Israël.

 

 

Pourquoi ces gens, après avoir subi un tel génocide, faisaient du tort à d’autres gens ?

 

Fort de ses nouvelles convictions bâties sur une solide formation doctrinale, Moh intègre une « organisation politique ».

 

 

Il apprend à se méfier des « colons » tapis dans l’ombre…

 

 

A cause de ses ses activités « politiques », Moh est à nouveau arrêté et torturé.

 

 

Pour faire craquer l’adolescent palestinien, les tortionnaires juifs ne reculent devant aucune ignominie. L’un d’entre eux le brûle aux parties génitales.

 

 

Ils menacent de violer sa soeur, qu’ils ont également arrêtée.

 

 

L’adolescent palestinien fera plusieurs séjours dans les geôles israéliennes. Il grandit, mûrit et participe à des manifestations contre les soldats de Tsahal.

 

 

Après bien des pérégrinations, Moh comprend que sa vie comme celle de tous les Palestiniens est une impasse. Avec son diplôme d’une université palestinienne et son passeport d’apatride, il décide de tenter sa chance en Europe et arrive à Marseille.

 

 

« Mohamed est désormais installé en France où il mène une carrière de chercheur », précise l’album BD qui lui est consacré.

 

Décryptage

« Moh Palestinien ou presque » est à n’en pas douter une oeuvre de propagande dont de nombreux passages sont susceptibles de constituer une incitation à la haine dirigée contre un groupe de personne en raison de leur appartenance à une nation, en l’espèce les Israéliens. 

Les scènes de tortures contre des adolescents palestiniens ne reposent sur aucun fait avéré. Leur représentation et leur graphisme ne sont pas sans évoquer certaines réminiscences de l’accusation médiévale de crime rituel longtemps formulée à l’encontre des Juifs.

C’est à se demander si les journalistes de France Télévisions qui ont assuré la promotion de l’ouvrage l’ont réellement lu.

InfoEquitable souhaite à cet égard attirer l’attention du CSA.

La double promotion de cette album de BD par France Télévisions n’est-elle pas en contradiction avec la recommandation du CSA du 20 novembre 2016 relative au traitement de l’information lors des conflits internationaux, des guerres civiles et des actes de terrorisme ?

Cette recommandation enjoint notamment aux chaînes de télévision de traiter « avec la pondération et la rigueur indispensables les conflits internationaux susceptibles d’alimenter des tensions et des antagonismes au sein de la population ou d’entraîner, envers certaines communautés ou certains pays, des attitudes de rejet ou de xénophobie » et de « vérifier l’exactitude des informations diffusées ». 

Sous couvert de la promotion d’un album de BD, France Télévisions ne s’exonère-t-elle pas abusivement de ses obligations compte tenu du fait que les auteurs de l’oeuvre présentent leur récit comme s’appuyant sur des événement « véridiques » et qu’il prend pour toile de fond le conflit israélo-palestinien dont on connaît les répercussions en France ?

 

Vous appréciez le travail de veille et d’information d’InfoEquitable ? Aidez-nous à le poursuivre en faisant un don déductible de vos impôts à hauteur de 66 % des sommes versées. Chaque geste compte ! Suivez aussi InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.




Derniers commentaires
  • Que faut-il attendre d’un pays qui a fait de la désinformation et du mensonge, le mode de fonctionnement de ses médias ?
    L’Agence France Propagande, sous le contrôle du Quai d’Orsay balance tous les jours ses infaux bricolées destinées à enfumer les Français.
    Ces mêmes infaux bidouillées sont reprises par la quasi totalité des torchons qui les balancent à des naïfs qui les consomment telles quelles.
    Les torchonistes et les prétendus “experts” du style BoniFARCE squattent les plateaux de télé pour exprimer leur “expertise” aux gogos.
    Tout ce beau monde est animé par une pensée stalinienne d’un autre âge, mais qui leur permet de déverser leurs délires de militants moisis.
    Un travail considérable est nécessaire pour décontaminer ces cervelles définitivement perdues de la République ….

  • Cet étron dessiné est hautement recommandée par la dieudosoralie, le CCIF, les roquets d’Orsay, les indigents indigènes et la falastinolâtrie.
    Cela ne nous étonne même plus.

    • Ouf.. je me suis trompé de site en cliquant. J’ai cru un instant être arrivé sur un site conspirationniste.
      Heureusement en venant ici je vois bien que j’ai affaire à des gens bien.

  • Il faut condamner la boite à bulles et les auteurs pour incitation à la haine

  • Cette bd ne dit que la vérité ne la faîtes pas passer pour une incitation à la haine. C’est se que le peuple palestinien subit tous les jours. Arrêtez de vous voiler la face.

    • @ Mohamed-Dupont,
      Désolé, mais cette BD est une infamie pour tous ceux qui sont un peu mieux informés que vous.
      Ce que le peuple palestiRIEN subit tous les jours, c’est la dictature de ses dirigeants corrompus et de ses prisons où la torture est courante, voleurs surdoués, manipulateurs, menteurs pathologiques, financiers de terroristes, pleurnichards victimaires, accusateurs chroniques d’Israël quoi qu’il arrive dans les territoires qu’ils occupent, très satisfaits de vivre de mendicité internationale, qui se fichent complètement du sort de leur population à laquelle ils préfèrent des valises d’argent qu’ils mettent à l’abri, et n’utilisent que très partiellement leur aumône, pour les besoins de leurs administrés; surtout aux familles d’assassins, c’est celle-là la vérité, ne vous voilez pas la face.
      Concernant vos accusations basées sur un grand courant d’air archi-connu, il faudra développer et étayer un peu plus vos inepties, citez des événements précis, des lieux, des faits, des situations indiscutables, autrement, allez faire un petit tour dans le premier souk que vous trouverez près de chez vous, pour collecter vos calomnies à deux sous …

    • Vous avez entierement raison, accueillez les dans votre si beau pays, votre pourrez prouver votre humanisme et votre solidarite !!

    • On voit bien que vous n’êtes jamais allé au Moyen-Orient, vous !
      Avec votre nom typiquement franco-français, vous êtes du genre replié sur vous-même à ne vous nourrir que de merdias “officiels”…

  • Je pense personellement que cette bd devrait etre traduite en arabe et distribuee gratuitement a gaza et aussi dans les territoires disputes. Cela donnerait un espoir aux jeunes arabes pour refaire leur vie en Europe, je trouve que c’est une ecvellente idee, en effet, ils n’ont aucun espoir dans notre pays, qu’ils partent et refont leur vie ailleurs, leur parents les suivront et c’est tres bien ainsi. Que les europeens si humanistes les accueillent et leur donnent une seconde chance !!!

  • La question pour moi est juste celle-ci : l y a t-il eu de l’argent du contribuable dépensé pour un coté ou l’autre. Je n’ai certes aucune envie d’acheter cette BD. Que les israéliens et palestiniens règlent leurs affaires entre eux. Il y en a marre de l’importation de querelles moyen-orientales en Europe sur les portesvdes WC ou dans des BD. Il y en a assez d’aider les palestiniens. Que les monarchies du Golfe pleines aux as le fassent. La vache à lait, ca suffit. Plus de lait. Fini. A sec.

  • “Que faut-il attendre d’un pays qui a fait de la désinformation et du mensonge, le mode de fonctionnement de ses médias?” Dans ce commentaire de Damran du 29 octobre 2019, tout est dit. Cette BD est absolument effrayante. Elle ne “rappelle” pas les accusations de crime rituel du Moyen Age: avec cette bande dessinée abominable, nous y sommes! C’est la même haine. Sauf que, heureusement pour les Juifs qui vivent en France, ceux-ci ont encore (plus pour Ilan Halimi, plus pour Sarah Halimi et quelques autres) quelques endroits où aller en cas de malheur. Comme les fours crématoires se sont refroidis, il ne reste plus que la diabolisation d’Israël. A l’appui de la BD de François Begnez et de Céline de Gemmis, il y a eu au temps de la deuxième Intifada l’article de Sara Daniel, une Juive (eh oui), fille de Jean Daniel, qui interviewait un Palestinien affirmant que les soldats israéliens violaient des jeunes filles ou des femmes palestiniennes pour qu’elles soient tuées par leurs proches dans le cadre de leur conception de l’honneur familial. Habile suggestion qui ne tombait pas sous le coup de la loi puisque la “journaliste” n’affirmait rien elle-même. A l’inverse, puisqu’on fait flèche de tout bois, on affirmait plus tard que si l’armée israélienne ne violait pas les Palestiniennes, c’était par racisme…

    Mais les Juifs n’ont jamais été autant détestés et rendus responsables de tous les maux que quand ils n’avaient pas de territoire du tout. “Résurgence” de l’antisémitisme, “vieille” haine, “vieux” démons de l’Europe? Mais depuis les prétendus crimes rituels, les pogroms, la condamnation de Dreyfus, la Shoah, et avec la “résurgence” actuelle, c’est toujours exactement la même haine. Il a fallu les premiers sionistes russes et Theodor Herzl pour imaginer une solution, non pas à une haine inguérissable, mais à ses effets. Un succès, le sionisme? Pas du tout, du moins dans ses débuts: très peu de Juifs convaincus, trop d’oppositions puissantes (papales, arabes, britanniques, …) qui ont fait perdre aux Juifs la course de vitesse entre leur mouvement d’émancipation (auquel la plupart ne croyaient pas) et le Troisième Reich génocidaire. Le succès, d’abord fragile, est enfin arrivé avec notamment David Ben Gourion, et les Israéliens d’aujourd’hui se passent très bien des édits de tolérance, du Quai d’Orsay et des bandes dessinées européennes. Hommage à InfoEquitable, parce que rechercher la vérité et dénoncer le mensonge est un devoir, admirablement rempli. Mais s’il faut se réjouir quand on réussit à convaincre quelques-uns, la sécurité, elle, se trouve ailleurs.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.