AccueilVeille médiasLettre ouverte au curé de Ramallah qui soutient le BDS et proscrit les contacts avec «le Juif»

Lettre ouverte au curé de Ramallah qui soutient le BDS et proscrit les contacts avec «le Juif»

Dans une interview complaisante au « Monde des Religions », le père Jamal Khader accuse les Israéliens de tous les maux et juge « indispensable » la campagne de boycott contre l’Etat juif. Voici notre réponse.

 

Monsieur le curé,

Nous avons lu avec attention votre interview dans « Le Monde des Religions » et permettez-nous de vous dire qu’elle nous a un peu chagrinés.

Certes, vous y évoquez les « valeurs de l’évangile » et les « espoirs de paix ». L’interview est accompagnée d’une belle photo de votre visage souriant et affable. Vous vous présentez au lecteur comme un homme de dialogue et de paix et, sur ce registre force est de constater que « Le Monde des Religions » vous fait la part belle.

Avec les bons sentiments que vous invoquez et votre sourire amical, on vous donnerait presque le bon dieu sans confession.

 

 

Mais dans le beau conte de Noël que vous tentez de raconter à vos lecteurs il y a un vilain méchant : Israël, rendu coupable de tous les malheurs de la région.

 

 

Si « l’espoir s’effrite » – dites-vous – c’est bien sûr à cause de « la politique israélienne de colonisation ».

Le terrorisme, la violence islamiste (dont pourtant les chrétiens sont largement victimes dans le monde arabe) ? Vous ne les  voyez pas. Vous n’en parlez pas.

Vous préférez dresser un tableau idyllique, déconnecté des réalités, de la société palestinienne.

Pour vousmonsieur le curé de Ramallah, tout semble aller pour le mieux dans une Palestine dominée par les islamistes.

Entre les chrétiens et les musulmans, vous nous rejouez « Embrassons-nous Folleville ! ».

 

Avec les musulmans, majoritaires en Palestine, nous partageons tout sauf la religion : la même culture, la même langue, les mêmes coutumes, la même vie sociale, les mêmes difficultés. Ce sont mes voisins, mes anciens élèves, mes collègues. Face au développement du fondamentalisme au Moyen-Orient, les musulmans partagent la même préoccupation pour la diversité et l’héritage palestinien.

 

Mais de quel « fondamentalisme », mon père, semblez-vous craindre « le développement » ? Des passages de votre interview auraient-ils été censurés par « Le Monde des Religions » ? Je m’étonne, je lis et je relis : je ne trouve aucune allusion au Hamas ou au Jihad islamique. A vous lire, c’est bien le fondamentalisme juif qui constituerait une menace :

 

Au départ, le conflit était politique : les juifs voulaient un État pour eux. Désormais, il y a des revendications exclusives et dangereuses de la terre au nom de Dieu. Les colons israéliens viennent brûler les arbres et accaparer des terrains dans les Territoires palestiniens, la Bible en main comme justification.

 

Cette maudite bible des Juifs, voilà le mal ! Vous en êtes donc encore-là ? Vous n’en n’aurez jamais fini avec cet antijudaïsme ranci qui a égaré l’église durant des siècles, la poussant à délégitimer les textes dont le christianisme était pourtant issu ?

Vous poursuivez de plus belle :

 

En 1948, les juifs sont arrivés pour occuper 78 % de la Palestine historique. J’avais 3 ans en 1967, lors de la guerre des Six-Jours et de ma première rencontre avec un juif : un soldat avec un fusil.

 

Là, on touche le fonds de votre pensée, père Jamal Khader ! Pour vous, les Juifs sont donc des étrangers venus « occuper » une terre qui n’est pas la leur. Des racines juives de la Judée, vous n’avez sans doute jamais entendu parler. C’est quand même une lacune préoccupante pour un prêtre chrétien et je me demande comment vous faites, mon père, lorsque vous vous plongez dans l’étude des Evangiles. L’histoire de ce pays que vous livrez aux lecteurs commence en 1948. Avant, c’est le trou noir. Après, vous vous en tenez aux slogans et formules caricaturales de la propagande palestinienne. Si vous avez jamais entendu parler d’un plan de partage (refusé par les arabes) vous ne jugez pas nécessaire de l’évoquer.

Et lorsque le journaliste du « Monde des Religions » vous demande « Où en est le dialogue avec les Juifs? », vous avez cette réponse qui transpire l’hypocrisie :

 

J’ai fait partie de la commission diocésaine de dialogue avec les juifs pendant cinq ans. J’ai donc eu la chance d’échanger avec nombre d’entre eux au niveau religieux. Mais nous vivons depuis plus de cinquante ans sous occupation militaire (…) Aujourd’hui, les soldats qui contrôlent les checkpoints sont des juifs. Pour nous, le juif, c’est l’Israélien et l’occupation. Ce qui empêche malheureusement les rencontres au-delà de l’uniforme.

 

Par un raisonnement aussi subtil que pervers, vous passez des « Juifs » – avec lesquels vous nous dites souhaiter le dialogue – au « Juif », que vous décelez derrière chaque Israélien et qui rend selon vous toute rencontre impossible.

C’est sans doute pour cela que vous prônez le boycott de toute la société israélienne et affirmez votre solidarité avec le mouvement antisémite BDS. Puisque derrière chaque soldat israélien, il y a un « Juif », ce sont donc tous les Israéliens qu’il faut ostraciser, les universitaires, les artistes, les commerçants, les hommes d’affaires… tous sont de la même engeance.

 

Le BDS est un mode d’action indispensable.

 

L’échec des accords d’Oslo, l’enlisement des pourparlers de paix ? Pour vous, il n’y a qu’un seul responsable : Israël.

Moyennant quelques mensonges et approximations, vous faites passer votre message.

 

L’assassinat de Yitzhak Rabin, en 1995, et l’arrivée au pouvoir un an plus tard du Likoud, opposé à l’existence d’un État palestinien, ont changé la donne.

 

Faux. Ce n’est ni l’assassinat de Rabin, ni la victoire démocratique du Likoud aux élections de 1996 qui ont mis fin aux accords d’Oslo. Le gouvernement de Benyamin Netanyahu a poursuivi les négociations et signé en octobre 1998 un nouvel accord dit de Wye Plantation avec l’Autorité palestinienne, prolongeant les accords d’Oslo et prévoyant de nouvelles évacuations sur près d’un tiers de la Cisjordanie. En juillet 1999, le travailliste Ehud Barak est à son tour arrivé au pouvoir et a tenté – à l’arrachée – de parvenir à un accord de paix définitif avec les Palestiniens. Le refus historique de Yasser Arafat en juillet 2000 a débouché sur la seconde Intifada.

 

Ce sont la droite et l’extrême droite qui sont au pouvoir. Où est passée la gauche, qui croyait à la paix ? Les politiciens et les médias israéliens ont été très habiles pour susciter la peur.

 

Faux. Il y a quelque chose d’assez détestable dans cette évocation des Juifs « habiles » qui renvoie à des images anciennes. Sachez, monsieur le curé de Ramallah, que ce ne sont ni les médias ni les politiciens israéliens qui ont suscité la peur par on ne sait quelle manipulation des esprits, mais bien plus les attentats-suicides des terroristes islamistes envoyés depuis chez vous semer la mort dans les cafés, les restaurants, les autobus de Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Netanyah… Vous n’en dites pas un mot mais les Israéliens, eux, n’ont pas oublié.

 

Nous subissons un véritable siège économique. Depuis quatre ou cinq mois, Israël a décidé de ne pas reverser aux Palestiniens les taxes sur les produits importés. Résultat : l’Autorité palestinienne manque d’argent, entre 40 et 50 % des fonctionnaires ne sont pas payés.

 

Malhonnête. Pourquoi ne précisez-vous pas aux lecteurs du « Monde des Religions » les raisons pour lesquelles Israël a interrompu le versement des taxes aux Palestiniens ? Pourquoi ne dites-vous pas que l’Autorité palestinienne accorde avec cet argent de substantielles pensions aux familles des auteurs d’attentats emprisonnés en Israël. Pourquoi ce mensonge par omission ?

Voilà ce que nous tenions à vous répondre. Nous ne sommes pas tout à fait dupes de vos sourires et de vos professions de foi lénifiantes. Vous dites « rejeter la violence » mais vous diffusez « l’enseignement du mépris ». Vous refusez le terrorisme mais vous ne le condamnez que du bout des lèvres. Vous invoquez le dialogue mais vous prônez le boycott. Vous dites espérer la paix mais la « résistance pacifique » que vous préconisez s’inscrit dans un irrédentisme anti-israélien permanent et une éducation à la haine dans laquelle vous entretenez vos populations depuis des générations. L’interview que vous a accordée « Le Monde des Religions » est inspirée par cette haine et ce mépris.

 

Vous appréciez le travail de veille et d’information d’InfoEquitable ? Aidez-nous à le poursuivre en faisant un don déductible de vos impôts à hauteur de 66 % des sommes versées. Chaque geste compte ! Suivez aussi InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Derniers commentaires
  • Il est de notoriété publique que les « curés arabes » qui reçoivent des coups de pieds au cul, par leurs compatriotes musulmans, encensent ses derniers. Est-ce la peur, car tout le monde sait, sauf le « pape » et les « curés arabes » que Béthléem la maison du pain, abritait 80% de chrétiens, c’est à dire des dizaines de milliers au temps où la maison d’un pain était israélienne. Or comment se fait-il qu’il n’en reste que quelques centaines, depuis que le dégoûtant abbas y a pris le pouvoir? Je vous laisse deviner.

    • Syndrome de Stockholm…

  • Ce curé me fait bien vertement rire… A-t-il lu seulement la Bible (thora et evangiles)…?? Très certainement en tenant sa Bible à l’envers… Son habit, pas plus que l’église Vaticane, ne fait pas de lui un détenteur de la “Vérité” qui n’appartient qu’à Dieu, comme la terre d’Israël et son peuple lui appartienent également…

  • Derrière ce tissu de mensonges et d’omissions, heureusement qu’il y a, dans le monde, des milliers de chrétiens authentiques, qui n’oublient pas que le christianisme est fondamentalement une “religion” juive, que “Christ” n’est que la traduction grecque du mot hébreu “Mashiah”, que tous les écrivains des livres de la Bible, sans exception aucune, étaient des Hébreux nés d’Hébreux, et que personne ne peut sérieusement prétendre être “chrétien”, et oublier qu’en tant que tel il a été spirituellement rattaché à cette racine qu’est le peuple d’Israël…
    En tant que chrétien évangélique (dans le vrai sens du terme, et pas dans le sens tordu employé dans cet entretien), je serais très heureux d’avoir un honnête débat d’idées avec ce brave curé, et de lui rappeler l’héritage profondément juif de cette foi “chrétienne” (= “messianique”) dont il prétend se réclamer…

  • Je pense qu’il convient ici de raisonner avec clairvoyance.

    Personne n’entend-il la voix de Ma’hmoud Abbas derrière les mots du père Jamal Khader ? C’est pourtant évident (et signé !) !

    Où se trouve ce curé déjà ? A Ramallah. Où est Ramallah ? Dans les territoires de zone A, contrôlés militairement et civilement par l’AP, donc par Ma’hmoud Abbas qui en est le chef.

    La liberté d’expression est inexistante dans la Bande de Gaza contrôlée par le ‘Hamas comme dans les territoires contrôlés par l’AP où les chrétiens sont à peine tolérés et subissent souvent des humiliations et des représailles de ces régimes en place pour les pousser à renoncer à leur foi.

    L’article d’InfoEquitable parle des persécutions chrétiennes perpétrées par les régimes islamistes mais ne semble pas réaliser que c’est exactement la même chose qu’il se passe dans les territoires sous contrôle de l’AP ou du ‘Hamas et donc que si un journal comme Le Monde va dans ces territoires, c’est justement pour obtenir des témoignages complètement faux et à charge contre Israël, sachant bien (et profitant du fait) qu’aucune liberté de parole n’y est possible.

    Le père Jamal Khader dirait probablement des choses très différentes sans épée de Damoclès au dessus de sa tête…

    A Ramallah, c’est Ma’hmoud Abbas qui parle, et ça s’entend particulièrement bien lorsque vient le sujet des comptes de l’AP qui seraient dramatiquement bas, réthorique pour condamner les taxes à destination de l’AP retenues par Israël pour dissuader l’AP de financer et encourager le terrorisme.

    La voix d’Abbas, sa propagande qu’il tente de faire passer en France et en Europe par le voix du père Jamal Khader est évidente.

  • Perso, je comprend ce curé car s’il dit vraiment ce qu’il pense il va vite se faire suicider par les gardes-chiourmes de Abou Mazen.
    Ce mec a les jetons et il veut rester en vie.

  • Ce qui est honteux, ce ne sont pas les paroles de ce curé, mort de trouille sous la pression d’Abbas et des islamistes, mais la publication sans recul de ces propos dans une des revues du groupe l’Immonde.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.