AccueilVeille médiasEn recyclant une photo du soldat Azaria souriant, la chaîne russe RT suscite les commentaires antisémites

En recyclant une photo du soldat Azaria souriant, la chaîne russe RT suscite les commentaires antisémites

Pour obtenir des commentaires antisémites, c’est très simple. Les Russes sont les plus forts, nous y viendrons, mais voyons d’abord comment les médias bien français ont apporté leur concours à cette douteuse entreprise :

  • prenez une affaire telle que la condamnation d’un soldat israélien à 18 mois de prison par la justice de son propre pays pour avoir achevé un terroriste palestinien blessé mais armé qui venait de tenter de tuer d’autres soldats. La mise en procès d’un de ses soldats par Israël tranche avec le comportement des Palestiniens à chaque fois qu’un attentat ôte la vie à des Israéliens (sans que ceux-ci n’aient tenté de poignarder qui que ce soit) : l’Autorité palestinienne offre un salaire aux terroristes emprisonnés par Israël ou une pension à vie à la famille de ceux qui sont morts en shahid durant l’acte; la population distribue des bonbons pour fêter l’attentat; et des rues ou des écoles sont nommées d’après les assassins. De tout cela, ne dites mot si vous voulez atteindre votre objectif;

Soit en version AFP, en prenant garde à ne pas mentionner que le “Palestinien” était un terroriste, ou au moins un “assaillant” pour coller au langage de l’AFP :

 

 

Soit en version Libération, pour faire croire qu’il existe dans l’armée israélienne un trophée sportif de la chasse au Palestinien. Ouvrez l’article avec la phrase “Les pays se choisissent toujours des héros à leur image” – cela devrait bien réussir à faire haïr le pays en question à quelques lecteurs :

 

 

  • Vous pouvez, pour les lecteurs qui vont aller au delà des titres, bien insister comme l’AFP sur le contexte de l’affaire qui s’est produite “à Hébron, en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël.” Qu’il n’y ait jamais, dans toute l’Histoire, eu de “territoire palestinien”, que vous ne dénonciez jamais l’occupation jordanienne entre 1949 et 1967 lors de laquelle personne ne réclamait d’Etat palestinien, que Hébron soit une ville qui tient une place majeure dans l’Histoire juive depuis plusieurs milliers d’années, ce qui justifierait d’appeler ces territoires “disputés”, plutôt qu’ “occupés” – tout ceci n’a aucune importance. Il vous faut montrer qu’il existe les bons, les Palestiniens, et les mauvais, les “occupants” israéliens : ainsi, l’assaillant/terroriste est tout excusé pour son geste de “résistant”; et les lecteurs en voudront naturellement à Israël (même si sa propre justice va jusqu’à condamner l’un des siens dans un soucis d’humanité envers les Palestiniens).
  • Vous pouvez faire comme l’AFP en terminant votre dépêche sur une citation du “père du Palestinien” qui demande “Est-ce que c’était un animal pour qu’on le tue de la sorte, de cette manière barbare”… sans un mot de réprobation pour le geste de son fils qui, rappelons-le, a été tué faute d’avoir lui-même réussi à assassiner des soldats; ou vous pouvez, comme Belga, faire mieux que vos collègues français en titrant sur le point de vue des Palestiniens (en réalité, de l’Autorité palestinienne) – bien sûr sans jamais revenir sur le geste du Palestinien…

 

  • Comme France 24 ou LCI, mettez en avant la nationalité “franco-israélienne” du soldat condamné : amalgame entre l’abhorré soldat d’Israël et les Juifs de France garanti, même si la nationalité française du soldat qui vivait en Israël est complètement anecdotique.

 

 

Et si tout cela ne suffit pas ? Alors, il vous reste la méthode russe. Faites comme RT (Russia Today, la chaîne financée par le gouvernement russe) : montrez une photo du soldat “accueillant sa condamnation avec un sourire”, tel un sadique, et précisez bien dans l’article : “Le prévenu a accueilli sa condamnation avec un large sourire, comme en témoignent les photos de l’intérieur du tribunal.”

 

 

Qu’importe si, autant que nous le sachions, la presse n’était pas autorisée à l’intérieur du tribunal pour suivre l’audience et si la mère du soldat ne portait d’ailleurs pas les mêmes vêtements sur les photos illustrant la plupart des articles (ici l’AFP) :

 

 

Elor Azaria n’était pas assez souriant le jour de sa condamnation pour s’attirer la foudre des commentateurs ? Qu’à cela ne tienne :

 

 

RT reprend une photo déjà utilisée ailleurs dans la presse le 24 janvier et la présente, ce 21 février, comme le cliché du jour !

Le résultat ?

 

 

Le “sourire” factice utilisé comme preuve d’une prétendue “haine des goyim”, sous-entendue par les Juifs.

Et c’est loin d’être le seul commentaire de ce genre :

 

 

Les antisémites sont enchantés.

Vous avez aimé cet article ? Suivez InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : InfoEquitable

Image de couverture : capture d’écran RT

© InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Derniers commentaires

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.