AccueilVeille médiasGaza: sur France 24, « Express Orient » confine les faits

Gaza: sur France 24, « Express Orient » confine les faits

La chaîne d’information du service public a offert une plate-forme aux allégations infondées d’habitants de Gaza, qui reprochaient notamment à Israël d’empêcher les biens, y compris médicaux, d’entrer sur le territoire.

 

Le magazine « Express Orient » entend présenter « Le point sur l’actualité politico-sociétale au Moyen-Orient ».

C’est naturellement le coronavirus qui a occupé les devants de la scène dans l’« émission spéciale » du 7 avril, présentée depuis Jérusalem.

Au menu, trois reportages sur l’Iran, la Syrie et les Territoires palestiniens – plus précisément, Gaza.

 

 

Le passage sur Gaza (à partir de 4 mn 40), réalisé par la journaliste Sanam Shantyaei, était en fait un assemblage de témoignages d’habitants qui s’étaient filmés eux-même, chez eux.

Tous faisaient passer le même message victimaire, annonçant un « désastre » à venir lorsque l’épidémie du Covid-19 frappera la bande de Gaza, un territoire décrit comme « surpeuplé » (un poncif auquel un récent article d’InfoEquitable tord le cou), privé de ressources médicales et fragilisé par le « blocus ».

Aucun élément de contexte ne permettait de comprendre que Gaza est géré depuis plus d’une décennie par un mouvement islamiste, le Hamas, responsable des conditions de vies de ses administrés, qui a fait le choix d’investir des sommes considérables dans des moyens d’attaque contre Israël plutôt que dans des infrastructures médicales dont la population aurait besoin.

L’intervention d’une certaine Khetam Sabbah résume à elle seule toute la mauvaise foi véhiculée par les intervenants de l’émission.

 

 

La jeune femme dresse le portrait d’un Israël oppresseur :

 

Et malgré le confinement, Israël empêche l’entrée de biens dans la bande de Gaza : les denrées alimentaires, l’équipement médical, les médicaments, les tests pour le virus. C’est inhumain.

 

Ce qui est inhumain, c’est de mentir aussi effrontément.

En effet, entre le 29 mars et le 4 avril – semaine qui a précédé l’émission – ce sont pas moins de 1779 camions qui ont transféré des biens depuis Israël vers la bande de Gaza selon le COGAT, l’autorité israélienne chargée superviser de ces échanges :

 

 

En une seule phrase, Khetam Sabbah réussit en fait à proférer pas moins de quatre mensonges.

 

1) Israël empêche l’entrée de denrées alimentaires dans la bande de Gaza : faux !

Durant la semaine précédent la diffusion de l’interview, Israël a laissé entrer 11.376 tonnes de nourriture à Gaza.

 

2) Israël empêche l’entrée d’équipement médical dans la bande de Gaza : faux !

Dans le même temps, Israël a livré 464 tonnes d’équipement médical à Gaza.

 

3) Israël empêche l’entrée de médicaments dans la bande de Gaza : faux !

Il n’y a aucune restriction à l’entrée de médicaments dans la bande de Gaza via Israël, à la seule exception d’isotopes radio utilisés dans des scanners des os ou pour des biopsies guidées des ganglions lymphatiques axillaires – en raison certainement d’une possibilité d’usage militaire de ces produits.

En 2019, 800 camions ont livré des médicaments et du matériel médical à Gaza via le point de passage de Kerem Shalom… Tout cela, il faut le relever, malgré les roquettes régulièrement lancées sur les villes israéliennes depuis Gaza.

 

4) Israël empêche l’entrée de tests pour le virus dans la bande de Gaza : encore faux !

Le 21 mars dernier, par exemple, Israël a permis le transfert vers la bande de Gaza de centaines de kits de test.

Le 26 mars, 1000 kits de tests fournis par l’OMS sont entrés à Gaza via Israël.

 

 

1500 autres kits envoyés par l’OMS sont arrivés le 2 avril. Avec la pleine coopération d’Israël…

Des kits de protection médicale et des bouteilles de gel alcoolique ont aussi été livrées dans le cadre de l’épidémie.

Et la coopération va bien plus loin, puisque des médecins de Gaza sont même formés par des médecins israéliens afin d’affronter le virus.

Khetam Sabbah a faux sur toute la ligne, mais on peut le lui pardonner. Elle vit à Gaza, sous la coupe du Hamas, et si l’on veut s’assurer la meilleure vie possible dans un tel environnement il est certainement de bon ton de faire plaisir au régime en répétant ses éléments de propagande.

France 24, en revanche, n’a pas cette contrainte. Et pourtant…

 

Vous appréciez le travail de veille et d’information d’InfoEquitable ? Aidez-nous à le poursuivre en faisant un don déductible de vos impôts à hauteur de 66 % des sommes versées. Chaque geste compte ! Suivez aussi InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Derniers commentaires
  • “et si l’on veut s’assurer la meilleure vie possible dans un tel environnement il est certainement de bon ton de faire plaisir au régime en répétant ses éléments de propagande.”

    Je ne crois pas que la question soit de “s’assurer d’avoir la meilleure vie possible dans un tel environnement” mais simplement de rester en vie dans un tel environnement ! Il n’est pas difficile d’imaginer ce que le ‘Hamas ferait à des Gazaouis qui diraient qu’Israël est extraordinaire en cette période difficile, et qui détailleraient toutes les implications d’Israël pour aider la population.

    Je ne crois pas que ce soit une déclaration de confort qui a été faite. Il ne faudrait donc pas confondre confort et contrainte.

  • Alors là, il y a un os dans la banane !
    Depuis le temps que l’on entend, jusqu’à l’abrutissement, dans la quasi totalité des médias, que Gaza est la ville la plus peuplée de la planète, qu’elle est sous occupation israélienne, alors que Sharon s’en est retiré unilatéralement en 2005, que sa population est affamée par un blocus inhumain, que les enfants meurent de faim et de maladie, qu’il s’agit d’une “immense prison à ciel ouvert” et que la vie y est pire qu’à Auschwitz, qu’il faut agir d’urgence avant que cette population ne disparaisse, voilà qu’une chaîne d’infaux d’Etat, sous le contrôle direct du Quai d’Orsay, continue sa croisade interminable de mensonges et de diffamations méprisables contre Israël.
    Les fonctionnaires les mieux payés de France (Cour des Comptes) qui officient au Quai, savent qu’Israël fournit du matériel de pointe, des respirateurs, des masques, et forme des médecins de Gaza, pour les aider à lutter contre le covid-19, tandis que la France du Micron continue à tâtonner dans ses solutions pour arrêter le génocide de ses aînés, mais ne fait rien pour aider concrètement les pays qui ont besoin d’aide, surtout, ses chouchous indétrônables “palestiRIENS”.
    Ces hauts fonctionnaires odieux préparent tous les jours, des poubelles remplies de calomnies contre Israël, et les fournissent à l’Agence France Propagande qui les déversent dans les télés aux ordres, et aux médias subventionnés.
    Bien entendu, tout ce qui concerne les découvertes inimaginables d’Israël dans la lutte contre le virus chinois de Wuhan sont censurées.
    On ne lira nulle part que 17 pays européens s’inspirent/travaillent avec Israël pour trouver des solutions à leur lutte contre la pandémie.
    Les torchonistes ne nous parlent que de Singapour, Taiwan, Séoul et même de l’Allemagne dont les résultats sont calamiteux, tandis qu’Israël n’est jamais cité, comme si son nom était un mot grossier ou une injure ordurière.
    Par contre, ces hauts fonctionnaires indignes n’autorisent pas la publication/diffusion du piratage organisé par la France pour voler des masques dans des avions en escale, en prétextant une “réquisition” couverte par une loi qui doit dater de l’époque de Vichy.
    Jusqu’à quand ce système mafieux mis en place par le Quai d’Orsay pour une désinformation tous azimuts, en cours depuis des lustres ?

  • Si cette femme osait dire la vérité , elle tomberait accidentellement du 4ème Etage !!!!

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.