AccueilVeille médiasNon, contrairement à ce que dit l’AFP, Gaza n’est pas «surpeuplée»

Non, contrairement à ce que dit l’AFP, Gaza n’est pas «surpeuplée»

Partagez
  • 1.2K
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1.2K
    Partages

Une vérification entreprise par InfoEquitable permet de constater que la densité de population à Gaza est bien moindre que ce que laisse entendre l’Agence France-Presse.

 

C’est l’un des clichés récurrents diffusés par les médias à propos de la bande de Gaza.

Le territoire est régulièrement qualifié de « surpeuplé », à tel point qu’il ne viendrait aujourd’hui à personne l’idée de contester ce qui est considéré comme une évidence.

Il ne s’agit bien entendu pas de nier les difficultés de la vie d’une grande partie des Palestiniens de Gaza, en raison de la mainmise du Hamas qui a imposé sa loi sur ce territoire et des restrictions de passage aux frontières, à la suite des tirs incessants de milliers de roquettes sur les villes israéliennes.

Gaza est-elle en revanche « surpeuplée », la population y est-elle « parquée » ?

Qu’il soit permis d’en douter.

Le « surpeuplement » de Gaza est l’une des images mises en avant pour décrire la difficulté dans laquelle vivent les Gazaouis et apporter un début de justification à la politique agressive du Hamas à l’égard d’Israël.

Le 22 mars dernier, l’Agence France-Presse (AFP) a ainsi diffusé cette dépêche (ici reproduite sur le site du Point) consacrée aux répercussions de la crise du coronavirus dans le territoire palestinien

 

 

Selon l’AFP, qui cite des « experts », la bande de Gaza serait particulièrement menacée par l’épidémie de Covid-19, notamment « en raison de sa très forte densité de population ».

Cela fait en réalité des années que l’AFP évoque cette surpopulation à Gaza, comme s’il s’agissait d’un fait établi.

Déjà en janvier 2009, dans cette dépêche reprise par le journal toulousain La Dépêche, l’AFP écrivait :

 

 

Pour décrire cette surpopulation, l’AFP n’hésitait pas à écrire: 

 

Dans ce territoire exigu de 362 km2, situé en bordure de la Méditerranée, s’entassent 1,5 million de Palestiniens, soit l’une des densités les plus fortes au monde.

 

Onze ans plus tard, l’AFP fait preuve d’une grande constance puisque sa dépêche du 22 mars indique que « Deux millions de Palestiniens s’entassent dans cette étroite bande de terre ».

Qu’en est-il réellement aujourd’hui de cette densité de population ?  

Sur quoi l’AFP se fonde-t-elle pour affirmer que la densité de Gaza serait l’une des plus fortes au monde

S’agit-il d’une statistique dûment analysée et recoupée ou d’un « élément de langage » repris et diffusé sans plus de vérification ?

 

Densité de population à Gaza : les vrais chiffres

Après avoir longuement cherché, nous avons fini par trouver les statistiques les plus récentes.

Elles émanent des services officiels palestiniens.

 

 

Selon le Bureau central palestinien des statistiques (PCBS), deux millions de personnes vivent aujourd’hui dans la bande de Gaza.

A la date du 30 mars 2020, la densité de population dans la bande de Gaza estimée par le PCBS est de 5.533 personnes au kilomètre carré.

Les services officiels palestiniens avancent qu’il s’agit-là « de la densité de population la plus élevée au monde ».

Cette dernière affirmation ne repose sur aucune comparaison ni démonstration sérieuse.

Les dépêches de l’AFP s’en font pourtant l’écho.

5.533 personnes au kilomètre carré, c’est en réalité une densité de population très modérée.

A titre comparatif, il existe à travers le monde des villes très densément peuplées comme Dacca, au Bengladesh (47.000 h/km2) ou Manille aux Philipppines (43.000 h/km2 ).

Plus parlant encore pour nos lecteurs français : la densité de population de Paris intra-muros, qui abrite justement avec un peu plus de 2 millions d’habitants une population comparable à la bande de Gaza, est de 21.067 habitants au kilomètre carré.

 

Un territoire pas homogènement peuplé

Certes, objectera-t-on, la bande de Gaza n’est pas homogène. Elle est composée de zones urbaines où vivent les populations, mais aussi de zones agricoles.

 

Vue aérienne de la partie centrale de la bande de Gaza. Des champs sont visibles au sud de la ville de Gaza – Google Maps

 

Comme le montre cette carte issue d’un rapport de l’ONU (2014), la population se concentre sur quelques zones urbaines – Gaza, Khan Younis, Rafah.

 

 

De larges parties du territoire abritent une population très clairsemée, inférieure à 5 habitants au km2.

La principale agglomération urbaine est Gaza-ville, pour laquelle aucune statistique récente n’est disponible.

Selon les derniers chiffres disponibles sur Wikipedia, qui datent de 2017, 590.481 personnes vivaient à cet époque à Gaza ville.

D’après le Bureau central palestinien des statistiques, le taux de croissance de la population à Gaza ces dernières années serait lui de l’ordre de 2,9%.

Si on applique ce taux de croissance sur la dernière décennie écoulée, on peut estimer que 643.000 personnes habiteront la ville de Gaza à la fin de l’année 2020.

Le territoire de la ville de Gaza étant de 45 km2, cela donne une densité de population de 14.296 habitants au km2. C’est naturellement plus élevé que la moyenne de la bande de Gaza, mais cela demeure un taux très en deçà de la « surpopulation ».

C’est dans les « camps de réfugiés », où les descendants de réfugiés sont cantonnés sous assistance onusienne depuis 70 ans, que l’espace manque le plus. Là, des choix politiques d’urbanisation ont pu créer, localement, des poches de densité de population élevée.

D’après l’UNRWA qui gère les habitants, le camp de Jabalia, au nord de la ville de Gaza, abrite 119.990 habitants sur 1,4 km2 : soit 81.400 h/km2. Le camp d’al-Shati abriterait lui 85.628 habitants sur 0,52 km2 : 164.600 h/km2

Mais même ces chiffres, à prendre avec prudence quand on sait que l’UNRWA a été accusée de lourdement surévaluer le nombre de personnes qu’elle assiste au Liban voisin – ne sont pas des records mondiaux.

Des bidonvilles comme Kibera, au Kenya, ou Dharavi, en Inde, dépassent ces valeurs. Il est difficile de trouver des sources fiables mais des densités dépassant 300.000 h/km2 sont évoquées dans les deux cas.

Loin, très loin, des 5.500 h/km2 de la bande de Gaza

Après ce rapide tour d’horizon, une chose semble en tout cas établie : la bande de Gaza n’est pas « surpeuplée » et les deux millions de Gazaouis ne s’y « entassent » pas.

La fermeture des frontières et le blocus (relatifs, puisque les marchandises entrent et sortent de Gaza quotidiennement) relèvent d’autres problèmes sécuritaires, bien réels.

Affirmer – contre l’évidence – que Gaza est « surpeuplée » est une manière insidieuse d’alimenter l’image mensongère d’une « prison à ciel ouvert », situation dont les Israéliens sont rendus responsables par la propagande palestinienne.

InfoEquitable continuera sans relâche son travail de veille médiatique pour éviter que de telles contre-vérités ne soient diffusées par les médias français au premier rang desquels l’Agence France-Presse. 

 

Vous appréciez le travail de veille et d’information d’InfoEquitable ? Aidez-nous à le poursuivre en faisant un don déductible de vos impôts à hauteur de 66 % des sommes versées. Chaque geste compte ! Suivez aussi InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Image : Wikimedia Commons


Partagez
  • 1.2K
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1.2K
    Partages
Tags de l’article
Derniers commentaires
  • Et cessons de parler de blocus, quand il s’agit d’embargo sur certaines matières pouvant servir à fabriquer des roquettes et des tunnels d’attaque

  • Que dire de Hong Kong ou Singapour !

  • Quelle pitié de leur avoir laissé tout ça pour ce qu’ils en font !

  • La conclusion de l’AFP resulte d’un regard equivalent sur Gaza et des PAYS du monde, non des villes. Il serait peut-etre souhaitable, en effet, que Gaza se regarde elle-meme comme une entite distincte de la zone OLP (considerablement moins dense). Mais l’AFP prefere beneficier, dans sa critique d’Israel permanente meme lorsque non affichee, du double statut de Gaza: 1. comme entite separee, pour montrer son surpeuplement;
    2. comme territoire aspirant a retrouver son unite avec la zone OLP, Israel etant l’unique element empechant cette harmonieuse fusion.

  • Le site “Ensemble pour la Justice en Palestine” a, contrairement à l’Agence France Propagande, l’honnêteté de citer ses sources lorsqu’il fournit les densités des populations “palestiniennes” contrôlées par l’AP et Gaza :
    Btselem.org//CBS (Central Bureau of Statistics)//Haaretz.com//Ministère français des Affaires étrangères//PCBS (Palestinian Central Bureau of Statistics)//PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement).
    Si certains doutaient encore du contrôle de l’Agence France Propagande par le Quai d’Orsay qui organise la désinformation en France, ne seront pas étonnés de sa présence dans cette liste dans laquelle il n’y a que du beau monde.
    Contrairement aux diffamations publiées par l’Agence France Propagande, Dacca, Manille, Le Caire, Shanghai, Hong Kong, Seoul, Tokyo, Lagos… sont beaucoup plus peuplées que Gaza.
    Nous ne baisserons jamais les bras face aux mensonges, aux accusations calomnieuses, aux diffamations interminables, balancées par l’Agence France Propagande, aux ordres du Quai d’Orsay, grand organisateur de la désinformation des Français….

  • Gaza Gaza !!!!! Gaza!!! avant 1967 ou etait Gaza ? parlons de l`afrique SVP, 30ans d`Afrique Massacre Congo Belge Francais,Soudan
    Darfur, Bokassa et son Carosse L`Empereur avec ces Diamands d`Arafat et Giscard , Amin Dada le Rwanda et j en passe,
    mais pour ARTE c’est RATÉ ! l ONU! same S… , et les medias de France Wallou pareil,moi ca me fatigue avec leurs Camps de refugies ,allez faire 1tour du cote des vraies camps de refugies en Asie et Afrique ,voila maspic avec ce Gaza “camp de concentration à ciel ouvert” Gaza prison a ciel ouvert ,

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.