AccueilRessourcesEclairagesQuand le Quai d’Orsay passe sous silence le terrorisme palestinien

Quand le Quai d’Orsay passe sous silence le terrorisme palestinien

Le ministère des Affaires étrangères reproche à Israël le gel de revenus fiscaux dus aux Palestiniens, sans en évoquer la raison : le soutien de l’Autorité palestinienne aux auteurs d’attentats.

 

C’est un texte officiel du ministère français des Affaires étrangères qu’il faut lire attentivement pour en saisir tous les non-dits et les arrière-pensées.

Le 22 février dernier, lors de son point de presse quotidien, le porte-parole du Quai d’Orsay tance sévèrement Israël qui vient de d’annoncer le gel d’une partie des revenus fiscaux dus à l’Autorité palestinienne.

 

 

Dans cette déclaration, qui a valeur officielle, la France « regrette la décision des autorités israéliennes et exprime sa préoccupation que la situation financière déjà précaire de l’Autorité palestinienne ne s’aggrave encore ». 

Le porte-parole rappelle que le versement par Israël de ces revenus fiscaux est prévu « par les accords d’Oslo », appelle « au plein respect des obligations » de chaque partie. « Dans le contexte troublé qui prévaut aujourd’hui, chacun doit s’abstenir de toute mesure susceptible de rendre plus difficile encore la reprise du dialogue », souligne le communiqué.

 

Un communiqué qui condamne Israël 

La formulation policée du Quai d’Orsay ne doit pas faire illusion : c’est bien une condamnation d’Israël dont il s’agit. 

Le gel des avoirs fiscaux est présenté comme une mesure israélienne injuste et illégitime dirigée contre les Palestiniens.

Pour ceux qui en douteraient, cette version traduite en arabe (mais surtout pas en hébreu !) diffusée sur le compte twitter du Consulat de France à Jérusalem :

 

Au fait, quelle est la raison qui a conduit les Israéliens à prendre une telle décision ?

Tout semble fait pour présenter les Palestiniens comme les victimes d’une décision arbitraire ne reposant sur aucun motif.

 

Une décision qui vise à s’opposer au financement  du terrorisme 

Or, la raison de ce gel est la suivante

Quinze jours auparavant, le 7 février 2019, une jeune israélienne de 19 ans, Ori Ansbacher, a été violée et assassinée par un jeune Palestinien.

 

 

Rapidement interpellé, son meurtrier présumé a clairement revendiqué le mobile terroriste de son acte.

 

 

Le journal Le Monde a lui-même souligné qu’il s’agissait d’un attentat terroriste.

 

 

Ce jour-là, le Quai d’Orsay était peut-être fermé ou le porte-parole en RTT ? Aucun communiqué, en tout cas, n’a été publié pour « regretter » l’assassinat de la jeune fille juive ou s’inquiéter qu’un tel acte puisse « rendre plus difficile encore la reprise du dialogue ».

Après ce nouvel acte terroriste, les autorités israéliennes ont donc annoncé le gel de 138 millions de dollars d’avoirs fiscaux qui devaient être transférés aux Palestiniens.

Même le correspondant de Libération à Tel Aviv a évoqué le lien avec l’attentat contre Ori Ansbacher.

 

 

L’Autorité palestinienne soutient financièrement les terroristes

Pour justifier leur décision, les Israéliens font valoir que l’Autorité palestinienne incite sa population à commettre des attentats en assurant notamment un soutien financier aux familles des terroristes. 

Chaque famille de djihadiste, qu’il ait été tué lors d’une action terroriste ou qu’il soit incarcéré en prison en Israël, reçoit une pension versée par l’Autorité palestinienne.

Chaque année, on estime que l’Autorité palestinienne verse ainsi 300 millions de dollars aux familles des terroristes (source, CAPE-Jérusalem).

Chaque attentat est l’occasion de glorifier ses auteurs pour édifier les masses palestiniennes.

Le 25 janvier 2016, une jeune Israélienne de 24 ans, Shlomit Kriegman, a été mortellement poignardée lors de l’attaque d’un supermarché à Beth Horon, près de Jérusalem.

 

 

Le lendemain, le président palestinien Mahmoud Abbas faisait placarder ces affiches dans les rues de Ramallah pour rendre hommage au deux « martyrs » ayant perpétré l’assassinat. 

 

 

Partout dans les territoires palestiniens se dressent ce type de monuments officiels à la gloire des tueurs de Juifs.

 

 

Comme cette stèle à la mémoire d’un Palestinien qui a assassiné des rabbins en prière. 

En octobre dernierle président palestinien Mahmoud Abbas a réaffirmé publiquement sa volonté de rétribuer tous ceux qui perpètrent des attentats en Israël.

L’excellent site MEMRI a diffusé l’allocution de Mahmoud Abbas devant le comité central de l’OLP.

 

 

« Nous continuerons de payer les salaires de nos martyrs, de nos prisonniers et des blessés. Les martyrs et leurs familles sont sacrés. »
Mahmoud Abbas, 28 octobre 2018

 

Voilà, nous tenions à vous livrer cette explication de texte, concernant le communiqué du Quai d’Orsay que nous trouvions très incomplet.

Le Quai d’Orsay feint d’ignorer que l’Autorité palestinienne finance le terrorisme anti-juif.

Le Quai d’Orsay « s’inquiète »  lorsque les Israéliens refusent de verser aux Palestiniens l’argent qui sert à financer les attentats.

Comment qualifier l’attitude du Quai d’Orsay, sinon qu’elle est hypocrite ou pour le moins déséquilibrée ?

 

Une dernière info avant de conclure 

Le 25 février, des Palestiniens ont déraciné les 50 arbres qui avaient été plantés en mémoire d’Ori Ansbacher près de l’implantation de Tekoa où elle habitait.

 

 

La presse israélienne s’est largement fait l’écho de ce nouvel incident. 

Ni le Quai d’Orsay ni le Consulat de France à Jérusalem n’ont exprimé la moindre réprobation.  

Vous appréciez le travail de veille et d’information d’InfoEquitable ? Aidez-nous à le poursuivre en faisant un don déductible de vos impôts à hauteur de 66 % des sommes versées. Chaque geste compte ! Suivez aussi InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Image : capture d’écran Twitter France à Jérusalem 

Derniers commentaires
  • Je n’ai jamais entendu le Quai d’Orsay s’inquiéter ni condamner les attentats perpétrés par le peuple inventé par le KGB.
    Le Quai d’Orsay continue après tant d’années à pratiquer cette politique pro-arabe dégueulasse.
    ROSA

  • Comme d’habitude, excellent travail! Avez-vous essayé de publier cet article en dehors des réseaux sociaux, voire de l’envoyer à ces antisémites de Quai d’Orsay? Kol Hakavod et persévérons!

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.