AccueilRessourcesEclairagesCinq contre-vérités de Jean-Pierre Filiu

Cinq contre-vérités de Jean-Pierre Filiu

Dans son brûlot anti-israélien, « Main basse sur Israël. Nétanyahou et la fin du rêve sioniste », récemment paru en France, l’historien et militant Jean-Pierre Filiu dresse un portrait caricatural du premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, et à travers lui, de la démocratie israélienne. Nous exposons ici certains des mensonges les plus flagrants auxquels recourt J.P. Filiu pour étayer ses conceptions radicales, qui consistent à opposer un Israël des Pères fondateurs, idéalisé pour les besoins de sa thèse, à l’Israël actuel, qu’il noircit et décrit de manière caricaturale.

 

 

(I) “Main basse sur Israël” ? Délégitimer la démocratie israélienne

Le premier mensonge réside dans le titre même du livre de M. Filiu, Main basse sur Israël. Nétanyahou et la fin du rêve sioniste. Car Benjamin Nétanyahou n’a pas fait “main basse” sur Israël – expression qui sous-entend qu’il se serait emparé du pouvoir par la force… Nétanyahou a été élu démocratiquement, à quatre reprises, ce qui fait de lui le dirigeant qui a été le plus souvent plébiscité par l’électorat israélien. Derrière ce mensonge sémantique, c’est en fait la légitimité de la droite israélienne à gouverner le pays qui est contestée.

 

(II) Nétanyahou et l’assassinat d’Itshak Rabin

 

« Il (Nétanyahou) a entretenu le climat de haine qui favorise, en 1995, l’assassinat de Rabin, ainsi que le montre le documentaire d’Amos Gitai, le Dernier Jour d’Yitzhak Rabin, (2015). »

Jean-Pierre Filiu, interview à Libération

 

L’accusation selon laquelle Nétanyahou aurait “incité” ou “participé à l’incitation” ayant mené à l’assassinat d’Itshak Rabin est une accusation récurrente, qui revient régulièrement sous la plume des opposants au Premier ministre israélien. Mais elle ne résiste pas à l’examen des faits. Comme l’a montré le journaliste du quotidien Ha’aretz, Anshel Pfeffer, dans sa récente biographie de Nétanyahou, ce dernier n’a jamais “incité” à l’assassinat d’Itshak Rabin, directement ou indirectement. Ce sont, comme l’écrit Pfeffer (peu suspect de sympathies pour la droite israélienne, et lui-même membre de la corporation journalistique) “les médias israéliens qui ont inventé le narratif de ‘l’incitation qui a conduit au meurtre de Rabin’. Et qui ont dépeint Nétanyahou comme ‘le principal responsable de cette incitation’ 1.

 

(III) Le sionisme révisionniste : un sionisme radical ?

 

« [Nétanyahou] nous renvoie à la genèse d’Israël. Il incarne la revanche de Zeev Jabotinsky, leader de l’aile droite du mouvement sioniste, sur le fondateur travailliste Ben Gourion. Il réécrit le récit national aux dépens de celui des pionniers progressistes d’Israël. »

Jean-Pierre Filiu, Libération 10/1/2019

 

Dans le portrait caricatural qu’il dresse de Benjamin Nétanyahou, J.P. Filiu recourt à un procédé polémique trompeur, en prétendant que celui-ci incarnerait une vision radicale du sionisme, à laquelle il prétend opposer le “sionisme des origines”, travailliste, fondé sur une vision optimiste et humaniste. Selon Filiu, Nétanyahou aurait hérité sa vision sioniste radicale et pessimiste de son père, Bentsion Nétanyahou, proche du fondateur du sionisme révisionniste, Vladimir Jabotinsky. Mais cette description simpliste pèche par omission.

Contrairement à ce que prétend Filiu, le sionisme révisionniste (c’est-à-dire le sionisme de droite) n’est pas une version radicale et pessimiste du sionisme. Il entend au contraire “réviser” le sionisme pour revenir aux fondamentaux de son père fondateur, Théodor Herzl 2. Ce dernier, comme on le sait, était marqué par la vision optimiste d’un sionisme pacifique, devant être réalisé au moyen d’une charte internationale, garantie par les puissances de l’époque. “Zurück zum Charter” (“Revenons à la Charte”) : c’est par ces mots que Jabotinsky a défini sa vision du sionisme, légaliste et humaniste à l’instar de celle de Theodor Herzl.

 

(IV) La loi fondamentale “Israël Etat nation” :

 

« Dans la loi fondamentale de juillet 2018, Nétanyahou ne mentionne pas le terme démocratie. »

Jean-Pierre Filiu, interview à France-Inter

 

La loi-fondamentale sur Israël Etat-nation du peuple juif n’apporte aucun élément fondamentalement nouveau par rapport à la Déclaration d’Indépendance de 1948. Son objet est précisément de rappeler des évidences qui ont été largement oubliées depuis lors, comme le fait qu’Israël est un Etat juif. Cette loi, comme je l’ai expliqué, vient s’insérer de manière logique dans l’édifice constitutionnel, aux côtés des deux éléments déjà édifiés depuis 1948. Le premier élément était celui des Lois fondamentales décrivant le fonctionnement des institutions (Knesset, Président de l’Etat, etc.). Le second était celui des droits de l’homme, qui sont énoncés dans les deux lois fondamentales de 1992. Le troisième élément, qui faisait défaut jusqu’alors, était celui du caractère juif de l’Etat, ou si l’on préfère de la “carte d’identité” de l’Etat d’Israël.

 

(V) Nétanyahou, inspirateur d’une politique et d’un mode de gouvernement brutal ?

 

« C’est lui qui a introduit cette violence dans le débat politique israélien. Et cela n’a fait que s’aggraver… Aujourd’hui, elle s’exerce contre la gauche, mais aussi la justice, la presse, les ONG et même la police, ils seraient tous unis dans un complot pour l’abattre ! Ce phénomène nous concerne tous, c’est ce qu’on découvre à l’échelle mondiale avec Trump, un mode de gouvernement brutal que Nétanyahou a banalisé. »

Jean-Pierre Filiu, interview à Libération

 

Si l’on en croit Filiu, Nétanyahou ne serait pas seulement l’ami de Trump, du hongrois Viktor Orban et des autres dirigeants les plus conservateurs et populistes de la planète. Il serait en réalité l’inspirateur d’un “mode de gouvernement brutal” que ces derniers auraient calqué… En vérité, la violence du débat politique israélien ne date pas de Nétanyahou. Dans sa vision simpliste et caricaturale de l’histoire d’Israël, Filiu idéalise la période de l’hégémonie travailliste, qui a duré trois décennies et a été marquée par une violence politique qui n’avait rien à envier à celle d’aujourd’hui. Ben Gourion, que Filiu se plaît à idéaliser, obnubilé par son entreprise visant à noircir le portrait de Nétanyahou, n’a pas toujours été un modèle de démocratie, et il s’est ainsi employé à délégitimer ses opposants, de Jabotinsky à Menahem Begin. C’est seulement l’arrivée de ce dernier au pouvoir, en 1977, qui a introduit l’alternance dans la vie politique israélienne.

 

1 Anshel Pfeffer, Bibi, the turbulent life and times of Benjamin Netanyahu. Basic Books 2018, p. 216. 

2 Sur ce sujet, voir notamment Alain Dieckhoff, L’invention d’une nation, Gallimard 1993, p. 206-207, qui explique que “le révisionnisme appartient à la famille des nationalismes conservateurs, et non à celle des nationalismes révolutionnaires comme le fascisme”. 

 

A lire également sur InfoEquitable, à propos de Jean-Pierre Filiu :

Photo détournée: Libération taille un costume de dictateur à Netanyahu!

Jean-Pierre Filiu fait l’apologie des Tamimi qui appellent à tuer des Israéliens

Vous appréciez le travail de veille et d’information d’InfoEquitable ? Aidez-nous à le poursuivre en faisant un don déductible de vos impôts à hauteur de 66 % des sommes versées. Chaque geste compte ! Suivez aussi InfoEquitable sur Facebook et Twitter.


Auteur : Pierre Lurçat pour InfoEquitable. Si vous souhaitez reproduire cet article, merci de demander ici une autorisation écrite préalable.

Image : capture d’écran Vimeo – Sciences Po

Aucun commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.